235 vues

De bonnes résolutions pour l’école catholique

 

La ville de Parakou entre dans l’histoire en servant de cadre à l’organisation du premier forum des consacrés dans l’éducation. Ce forum s’est tenu du 18 au 20 avril dernier au centre pastoral Guy Riobé de Parakou en présence Nonce apostolique près le Bénin et le Togo Mgr Brian Udaigwe, du Président de la conférence des évêques du Bénin Mgr Victor Agbanou président d’honneur du forum, du Mgr Pascal N’Koué archevêque de Parakou, du non des Révérends pères, mères, du directeur national de l’enseignement catholique au Bénin, des représentants des directeurs départementaux, préfet, maire, enseignants et élèves.

Wahabou ISSIFOU

Le Nonce apostolique près le Bénin et le Togo Mgr Brian Udaigwe, Mgr Pascal N’Koué archevêque de Parakou et le Président de la conférence des évêques du Bénin Mgr Victor Agbanou

Espace d’échanges, de partages, de réflexions, mais aussi d’écoute. Le premier forum des consacrés dans l’éducation a pris fin sous de bonnes résolutions.
Les hommes et femmes consacrés œuvrant dans le champ de l’éducation, l’enseignement, venus de tous les diocèses du Bénin, représentant 48 instituts de vie consacrée et des sociétés de vie apostolique, regroupés au sein de la Conférence des Supérieurs Majeurs du Bénin (Csmb). Portés par la mission de mettre l’homme résolument debout, de l’exalter dans sa dignité d’icône du Christ, charisme spécifique qui résume et recentre les charismes des différents fondateurs et fondatrices.
Prenant appui sur l’affirmation de la congrégation pour l’éducation catholique selon laquelle « les défis du contexte actuel donnent de nouvelles motivations à la mission des personnes consacrées, appelées à vivre les conseils évangéliques et à porter l’humanisme des béatitudes dans le champ de l’éducation et de l’école, qui n’est pas du tout étranger à la mission de l’église d’annoncer le salut à tous les peuples » a affirmé le frère Marcel Koudoro, membre de la Csmb. Pour lui, les consacrés sont habités d’une sincère volonté d’établir une vision commune sur les écoles des instituts et congrégations enseignantes, et d’approfondir leur mission humanisante et évangélisatrice.
Au terme de ce forum combien important, les consacrés se sont engagés, à vivre et à mettre en valeur la conception anthropologique de l’éducation avec les institutions pédagogiques inspirées de l’évangile que les fondatrices leurs ont laissées en héritage, dans un esprit de service à la mission de l’église, à encourager l’éducation à un humanisme chrétien et solidaire, au sens de former les élèves à être des personnes conscientes, responsables et qualitativement intégrées dans le devenir du pays, ce qui implique de cultiver en eux la foi, l’amour sincère de Dieu et du prochain, la conscience sociale et familiale, le respect de la vie et du bien commun, le travail bien fait et la revalorisation de la cellule familiale.
Ils ont également pris l’engagement, d’œuvrer pour l’éducation pour tous, droit inaliénable de toute personne, spécialement pour les enfants des familles démunies, en se recentrant sur l’option préférentielle pour les pauvres en fidélité aux charismes, ce qui nécessite d’appliquer une pédagogie différenciée pour donner l’égalité de chances à tous dans l’apprentissage, et d’adapter l’enseignement aux besoins spécifiques des enfants qu’ils ont éduqué : marginalisés et handicapés.
Les consacrés ont aussi décidé, de mettre ensemble leurs efforts, en synergie avec les directions nationales et diocésaine de l’enseignement catholique, les structures étatiques et privées pour relever les défis que l’éducation pose aujourd’hui, notamment, l’éducation de base, l’adéquation de la formation avec les valeurs de la culture locale, l’Alliance entre l’école et la famille, la qualité de la relation éducative, les difficultés financières qui empêchent de rester fidèles au service des pauvres propres aux charismes et les cadres de formation continue pour les enseignants. Plusieurs autres engagements ont été pris.
Ils restent convaincus qu’en donnant la priorité à l’éducation de base, les efforts fournis par les écoles catholiques trouveront à coup sûr un soutien plus fort des gouvernants.
Ils ont pour finir, invité les autorités compétentes à tout mettre en oeuvre pour sauvegarder le droit universel de tout enfant à l’éducation à travers un enseignement universel de qualité.

235 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *