340 vues

 

Djibril Mama Cissé salue l’initiative et invite les autres communes du Borgou à emboiter le pas à Bembéréké

L’initiative est à sa deuxième édition et a obtenu déjà l’adhésion de plusieurs personnalités, cadres de l’aire culturelle Baatonu, Boo et Peulh et bien évidemment celui des populations de ces aires culturelles. Il s’agit du Festival du Tako (Festako) organisé par un groupe de jeunes de l’arrondissement de Bembéréké. Soutien indéfectible de cet événement depuis sa première édition, le préfet Djibril Mama Cissé a salué l’initiative, martelé le soutien du gouvernement et inviter les autres communes du Borgou à faire comme celle de Bembéréké. C’était le samedi 31 mars dernier sur l’esplanade de la maison des jeunes de Bembéréké.

Barnabas OROU KOUMAN (BOK)

Permettre aux participants de s’abreuver dans la culture Baatonu, Boo et Fulfuldé, de montrer les richesses de leurs valeurs culturelles et contribuer à leur pérennisation. Tel est l’objectif de ce festival. C’est aussi une occasion de promouvoir la culture et les arts de la commune de Bembéréké, de valoriser le style vestimentaire Baatonu, Boo et Fulfuldé à travers les tenues locales en pagne tissé, de montrer l’importance de la culture dans le processus de développement et de consolider les liens de fraternité et de solidarité entre les fils et les filles de la commune de Bembéréké.

En plus de ces objectifs, Djibril Mama Cissé, préfet du département du Borgou, pense que, « le Festako est une occasion de démonstration et d’affirmation de l’identité et de la diversité des valeurs de l’aire culturelle Baatonu, Boo et Fulfuldé ». Pour lui, c’est une occasion de préserver cette aire culturelle, notamment ses jeunes, de « l’extraversion et de la désintégration de la société moderne, du fait de l’essor fulgurant des nouvelles technologies de l’information et de la communication ».

Plus loin, le jeune préfet très beau dans son Tako au bonnet tourné vers la droite, s’accorde avec Marcus Gavey pour affirmer qu’, « un peuple qui ne connait pas son passé, ses origines et sa culture, ressemble à un arbre sans racines. ». C’est pourquoi, tout en remerciant le président Patrice Talon et les membres de son gouvernement, Djibril Mama Cissé a réitéré la disponibilité du gouvernement qu’il représente dans le Borgou à accompagner toute action visant à faire la promotion des cultures béninoises.

Pour finir, l’autorité départementale à inviter les autres communes de son département à emboîter le pas à la commune de Bembéréké.

Plusieurs tableaux ont meublé cette édition du Festako qui s’est avérée plus riche que l’édition dernière. Rendez-vous en 2019.

340 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *