144 vues

APRÈS L’INCENDIE SURVENU AU DÉCANAT DE LA FDSP DE L’UNIVERSITÉ DE PARAKOU

Le doyen Moktar Adamou donne les probables raisons

Les autorités décanales de la Faculté de Droit et de Science Politique (Fdsp) de l’Université de Parakou ont apporté des clarifications suite à l’incendie survenu dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 mai dernier faisant d’importants dégâts matériels dans l’enceinte du bloc administratif de ladite faculté. C’est à travers un point de presse animé dans l’après-midi du lundi 13 mai dernier par le Doyen de la faculté Adamou Moktar et le président de la commission des examens.

Wilfried AGNINNIN

On en sait un peu plus sur l’incendie qui a envahi le bloc administratif de la Faculté de Droit et de Science Politique (Fdsp) de l’Université de Parakou. Les autorités de cette faculté sont sorties de leur mutisme afin d’éclairer l’opinion publique et d’inviter les étudiants au calme et à la sérénité.
Pour le Doyen de la Fdsp de l’Université de Parakou Adamou Moktar, c’est un acte déplorable, car plusieurs copies d’examen des étudiants ont été brûlées et quelques matériels. « J’ai du mal à comprendre les circonstances de cet incendie. La petite fenêtre où se trouvait les copies a été visiblement casée et noircie par le feu », se désole le Doyen. Selon ses dires, une bouteille d’eau contenant des débris sous forme de déodorant et une bonbonne très longue ont été retrouvées derrière la fenêtre d’où le feu est parti. L’expertise d’une équipe de la Société Béninoise d’Energie Électrique (Sbee) sur les lieux n’a révélé aucun indice de court-circuit, selon le Doyen.

Le président de la commission des examens de la Fdsp Omer Fortuné Alapini et son équipe sont actuellement en discussion afin de trouver une solution et de prendre des dispositions idoines. Pour le président, il ne s’agit pas d’un court-circuit comme le pensent certaines personnes. « Je suis formel pour dire qu’il n’y a pas de court circuit, je suis formel pour dire que c’est un acte prémédité avec des objectifs précis. Cela veut dire que c’est organisé, l’intention criminelle est établie, c’est forcément d’origine criminelle », a fait remarquer Omer Fortuné Alapini. Les autorités appellent les étudiants au calme et à garder espoir
Pour l’heure, les activités au niveau de l’administration se déroulent normalement. Cependant, les compositions sont suspendues et les discussions se poursuivent.

Quotidien Daabaaru, leader de la presse écrite dans le septentrion

144 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *