314 vues

CHRONIQUE DES US ET COUTUMES

Jeunesse béninoise, entre envoûtement et inconscience ?

La jeunesse béninoise regorge des talents dont la majeure partie reste enfouie aux tréfonds de chacun sans pouvoir servir l’humanité avant d’être ensevelie. Le jeune béninois est capable autant que Mark Zuckerberg inventeur de Facebook. Cette invention qui d’ailleurs emballe la jeunesse dans son entièreté et l’empêchant parfois de réfléchir par elle même.

Des Zuckerberg, il y en a assez au Bénin. Mais plusieurs se laissent phagocyter par certains problèmes faussement attribués aux envoûtements.
Envoûtement, ce terme qui est devenu l’alibi de toutes les bavures de la jeunesse, dénude cette couche importante de la société de toute capacité d’agir pour changer la situation d’une Afrique qui souffre de manque d’initiative face à son sous-sol qui pourrit de ressources minières et autres.
Envoûtement ou inconscience, quand la jeunesse ne veut plus se gêner pour se prendre en charge mais en comptant plutôt sur les aînés ?
Envoûtements ou inconscience, lorsque les églises et autres lieux de prière sont bondés de jeunes qui prient à longueur de journée espérant la descente de la manne du ciel; au moment où de vastes étendues de terre cultivables sommeillent faute de laboureur ?
Envoûtement ou inconscience, lorsque la jeunesse attend les campagnes électorales pour crier et chanter la louange des vieux pilleurs de l’économie nationale pour prendre des miettes en retour ; alors qu’elle a toutes les potentialités pour changer les choses?
Envoûtement ou inconscience, lorsque la jeunesse de mon pays continue sa course vers les diplômes ronflants dans les amphithéâtres où les étudiants sont entassés comme des sardines en boîte; au moment où les aînés continuent de se promener sac au dos rempli de parchemins cherchant un emploi à longueur de journée dix ans après leur sortie de cette université-là?
Cette série de questions sera interminable face à l’ampleur du chômage ambiant qui ronge la jeunesse béninoise.
La jeunesse béninoise continue d’assister à l’histoire de son temps, sans jamais songer participer à son écriture. Elle est prête à mener de vaines discussions dans les coins de rues ou sous un arbre, et finit par espérer la générosité d’un tonton pour subvenir à ses besoins élémentaires.
Quel sort pour la jeunesse de mon pays! Cette jeunesse aveuglée par le titre des papiers qui lui ont été signés après de longues années perdues sur les bancs et incapable de produire quoi que ce soit de ses mains!
Comme le disait le Slameur béninois Kamal, il est temps que la jeunesse éteigne sa télé et allume sa conscience, car le développement du pays n’attend que nous. L’envoûtement n’a jamais empêché quiconque de réfléchir.
Jeune, brise les stéréotypes, lève-toi, bats-toi et assume ta jeunesse !
C’est alors que le Ciel te répondra !

Edouard ADODE

314 vues

Une réflexion sur “CHRONIQUE DES US ET COUTUMES : Jeunesse béninoise, entre envoûtement et inconscience ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *