186 vues

CHRONIQUE DES US ET COUTUMES

Le procès de l’alcool

Parmi les sujets les plus controversés dans la société, figure la consommation de l’alcool. Ainsi, quelle que soit l’époque, le débat autour des boissons alcoolisées ne prendra jamais fin dans la société des humains puisque chaque partie trouve toujours des arguments pour justifier son amour ou sa haine pour l’alcool.
Alors, dans le procès de l’alcool les raisons qui sous tendent la position varient d’une personne à une autre. Pour certains, en raison des exigences religieuses, il n’est pas question de goûter à l’alcool, le faire est un péché. Pour les moins fanatiques, ils préfèrent en consommer avec modération.
Au même moment, il y a la grande classe de ceux qui ne jurent que par l’alcool. Pour ces derniers, ne pas boire la bière, le whisky et autres, c’est synonyme d’arrêter de vivre. D’ailleurs, ces personnes se disent être en train de faire la bonne vie lorsqu’elles sont saoulées. Selon la philosophie de ces derniers, il n’est pas question de compter le nombre de bouteilles vidées lorsqu’on est autour d’une table.
Entre les deux extrémités de la question, ceux qui se situent au milieu basculent très souvent du côté des  »viveurs » car de leur position de consommateurs modérés, ils sont facilement attirés vers l’excès à cause du goût de l’alcool. Ceci au grand plaisir des bars, kiosques de liqueur et cabarets.
Mais l’alcool est si mauvais pour être combattu comme la peste?
Certainement, qu’il a assez de bienfaits pour la santé. Car l’organisme en aurait souvent besoin. Et en dehors de cet aspect, l’alcool a une très grande fonction sociale qu’on ne doit pas perdre de vue.
L’alcool à l’instar des autres boissons renforcent les liens entre les hommes. Ainsi, lors des évènements heureux comme malheureux, les boissons alcoolisées interviennent pour consoler les cœurs et pour aider à extérioriser la joie que l’on ressent au dedans de soi-même. Dans plusieurs sociétés, il est impossible de parler de certaines cérémonies sans inviter les boissons alcoolisées qu’elles soient industrielles ou fabriquées de manière artisanale. Dans ces situations, consommer l’alcool n’est seulement pas un fait de plaisir, mais une exigence culturelle et même cultuelle. Dans les cérémonies traditionnelles des cultures africaines telles la dot, les naissances et même lors des décès, les boissons alcoolisées restent incontournables.
Alors, quoi qu’on dira de l’alcool, on ne saura l’occulter des relations entre les hommes. Ce qui est important est que chaque personne puisse savoir quelle attitude adoptée devant l’alcool selon la capacité de son organisme pour ne pas se ridiculiser.

Edouard ADODE

186 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *