216 vues

Conformément aux dispositions de la loi 2012-15 du 18 Mars 2013 portant code de procédure pénale en République du Bénin, notamment en son article 251, la session de la cour d’assises de la cour d’appel de Parakou démarre ce jour mardi 22 mai. Le Procureur Général de la cour Alexis A. Métahou l’a fait savoir par un point de presse le vendredi 18 mai dernier. Au total, quarante dossiers pour soixante deux accusés, seront examinés au cours de ces assises qui s’ouvrent ce jour et ce jusqu’au 21 juin prochain.

Wahabou ISSIFOU

C’est par un point de presse que le Procureur Général, Alexis A. Metahou de la cour d’appel de Parakou a annoncé le vendredi dernier le démarrage de la session de la cour d’assises dès le mardi prochain. Conformément aux dispositions de la loi 2012-15 du 18 Mars 2013 portant code de procédure pénale en République du Bénin, notamment en son article 251, la session de la cour d’assises se tient tous les six mois pour connaître des affaires criminelles. C’est pour se conformer à cette disposition légale que par ordonnance n°006/PCA-PAR/SA/2018 du 27 Avril dernier, le président de la cour d’appel, après avis du Procureur Général a décidé que la première session de la cour d’assises de Parakou au titre de cette année se déroulera du mardi 22 Mai au Jeudi 21 Juin 2018.
Une quarantaine de dossiers sont inscrits au rôle de cette session. Plusieurs infractions sont concernées dans ces dossiers telles que: des assassinats et complicité d’assassinat, des coups mortels, des meurtres, des coups et blessures volontaires ayant entraîné une infirmité permanente, des pratiques de charlatanisme, des viols sur mineure, des parricides, des traites d’enfants.
Il ressort que les crimes de sang concernent 75% des dossiers et viennent en tête. Ceci démontre la hausse du niveau de criminalité de sang qui interpelle toute la communauté sur la question d’une société de plus en plus violente. Face à cette hausse, le pouvoir judiciaire doit apporter une réponse dans la stricte sévérité afin de donner satisfaction aux citoyens qui considèrent la justice comme le dernier rempart pour rétablir l’ordre et l’équilibre social. Les populations sont donc invitées à assister aux audiences de la cour pour s’informer et s’éduquer à travers les débats. Lesdites audiences sont publiques et l’accès à la salle est libre et gratuit.

216 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *