73 vues

DÉCRYPTAGE DES RECOMMANDATIONS DE L’UNIVERSITÉ DE VACANCES PAR LE MAIRE DE MISSERETE

Les vérités de Michel Bahou au sujet du Prd

« Le Prd est une religion et les dissidents constituent des coquilles vides », dixit l’édile

Une semaine après la tenue de l’édition 2019 de l’Université de vacance du Parti du Renouveau Démocratique(Prd) de Me Adrien Houngbédji, le coordonnateur communal d’Akpro-Missérété a animé une conférence de presse le dimanche 6 octobre dernier pour faire le point des engagements pris au cours ces deux jours d’assise. Entre autres recommandations aux militants à la base, le soutien sans faille du parti au régime du président Patrice Talon.

L’ancien député et actuel maire de la commune d’Akpro-Missérété Michel Bahou dira qu’au-delà des communications et des travaux en atelier ayant occupé les deux jours d’activités de cette université de vacances, ce grand regroupement, la première d’ailleurs après la tenue des élections législatives, a permis au parti des tchoco-tchoco de se repositionner et de mobiliser à nouveau ses militants. Qu’il s’agit de la survie de ce parti après son éviction des élections législatives, le coordonnateur énumère le nombre des maires à la tête de plusieurs communes, les conseillers communaux et locaux, les nombreux chefs quartiers de ville et des villages sans oublier les autres instances décentralisées du parti de l’arc-en-ciel qui forment son bastion défensif.

Au sujet de quelques militants et responsables qui ont claqué la porte, Michel Bahou les identifie à des coquilles vides qui ne servent à rien car pour lui, le Prd reste et demeure une religion et lorsqu’un individu part, ce sont des milliers qui viennent par la suite. Mieux, lorsqu’un responsable quitte l’équipe, ses militants se désolidarisent de lui, ainsi devient-il un bon à rien à ses dires. Néanmoins, l’ancien député déclare que les portent du parti sont toujours ouvertes aux nouveaux comme aux dissidents qui souhaitent revenir au bercail.

Au sujet du soutien du Prd au régime en place, Michel Bahou indique que la décision n’est pas relative à la personne du chef de l’Etat Patrice Talon, mais un engagement pris depuis les assises d’Ifangni tenues en février 2014 où l’unanimité a été faite au sein du parti pour appartenir désormais à la mouvance présidentielle quel que soit le président élu et ce, bien sûr après plus de 25 ans d’opposition. C’est donc la matérialisation de cette décision qui s’observe depuis l’arrivée au pouvoir du régime de la ‘’Rupture’’. Citant en exemple les communes de Porto-Novo, Sèmè-Podji, Akpro-Missérété, Ifangni, et autres qui sont en chantier sous le projet asphaltage, le maire Tori insinue une raison de plus pour accompagner le régime en place, car lesdites villes ont toujours été laissées pour compte sous les régimes précédents. Pour finir, le conférencier explique qu’il ne suffit pas d’avoir des ministres au gouvernement encore moins des députés à l’Assemblée Nationale pour se dire être de la mouvance mais plutôt d’autres privilèges dont-on bénéficie auprès du président de la République.

Charles HONVOH

73 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *