124 vues

EDITO

Des exilés politiques ?

Tellement préoccupés par la situation de certains politiciens béninois qui se retrouvent depuis un bon moment en France, les leaders politiques invités par le chef de l’Etat le lundi 15 juillet dernier, ne se sont pas empêchés de poser leur cas au président de la République. Bien que cette préoccupation ne soit pas inscrite à l’ordre du jour, le chef de l’Etat Patrice Talon a répondu à ses hôtes dans un langage très clair. Pour Patrice Talon, le Bénin n’a aucun exilé politique en France.
Cette réponse du chef de l’Etat s’oppose diamétralement à la conception de l’opposition et même de la France sur la question. Puisque tout récemment le gouvernement français a même reconnu à Sébastien Ajavon l’un de ces politiciens concernés, le statut d’exilé politique.
Alors, cette dissension entre Patrice Talon et l’opposition sur le sort de ces béninois qui pour un motif de chasse aux sorcières, sont obligés de vivre loin de leur terre natale, pose un véritable problème. Suffit-il de porter la casquette de politicien pour être exempt de toute poursuite judiciaire par la justice de son pays ? Ou encore suffit-il de fuir son pays estimant tout simplement que sa vie est en danger pour s’attribuer le titre d’exilé politique ?
Il est temps que le Bénin cesse de fonctionner sur des compromis politiques au nom de la paix et que force reste à la loi quelle que soit la situation qui prévaut. Pour l’honneur de leur famille et de toute la nation, il serait bien que ces ‘’exilés politiques’’ retournent au pays pour répondre de leurs actes devant la justice de la société. De cette manière, ils rentreront triomphalement dans l’histoire de leur pays peu importe le verdict de cette justice, car le peuple est le vrai juge qui saura récompenser en son temps chacun selon son œuvre.

Edouard ADODE

124 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *