149 vues

ÉDITO

La nouvelle tenue de la démocratie béninoise

A l’issue de l’historique Conférence des forces vives de la Nation de février 1990, le Bénin a définitivement tourné dos à l’instabilité politique qui le caractérisaient dès les premières années de son indépendance. La démocratie est la nouvelle voie sur laquelle, il s’est engagé à la grande satisfaction de la communauté internationale qui voyait l’Enfant Malade de l’Afrique guerrir de ses maux. Ce fut un exemple pour bon nombre de jeunes États d’alors.

Mais après plus de deux décennies d’expérimentation de ce régime, l’ancien chef de l’État Thomas Boni Yayi est arrivé à conclure qu’ « une démocratie qui ne nourrit pas le peuple, est une démocratie Nescafé». Ces paroles de l’homme d’Etat au delà d’une déclaration politico-poétique, est une véritable parole dont le plein sens ne sera saisi qu’avec le temps.

Ainsi, il est clair qu’au lieu que la démocratie béninoise ne permette à chaque béninois de tutoyer le bonheur, c’est plutôt qu’aux hommes politiques qu’elle a ouvert la voie de sucer le peuple. Tout en l’amadouant par des promesses utopiques dont la réalisation est toujours renvoyée au calende grecque.

En ce moment, le peuple s’enlise dans sa misère avec un libertinage aveuglé à la solde d’un syndicalisme sauvage sans lendemain qui se donne le droit de prendre la santé et l’avenir des âmes innocentes des écoles, des lycées, des collèges et des universités en otages pour des combats politiques déguisés. Dans le rang de la jeunesse, au lieu que cette démocratie ennoblisse les caractères selon les mœurs et les valeurs des ancêtres, elle a tout perverti. C’est désormais le grand bazar de propos injurieux à l’endroit des autorités et des personnes élevées en dignité. Toute chose contraire à l’esprit de la démocratie.

Aujourd’hui, la démocratie béninoise semble tendre vers la plénitude de son sens. Alors progressivement la jeunesse comprend que ce régime politique n’est pas synonyme de libertinage, mais plutôt un système de liberté dans le respect de l’autre et des lois de la République. Désormais, cette démocratie ne permet plus aux politiques de se servir avec des louches au moment où ils tendent des cuillères à café au bas peuple. La nouvelle démocratie est celle qui croit donner de l’eau potable et l’énergie électrique à tous les béninois. Cette nouvelle démocratie est celle-là qui ramène tous les béninois sur les mêmes pieds d’égalité sans qu’il n’y ait de supers citoyens qui se croiraient être au dessus des lois.

Cependant, la nouvelle démocratie doit également être celle qui permet à tout béninois de connaître ce que gagnent exactement les membres du gouvernement, elle doit permettre aux jeunes et aux femmes d’être significativement représentés dans les grandes instances de prise de décision par le biais d’élections transparentes et inclusives. La nouvelle démocratie doit pouvoir tendre vers l’excellence de sorte que les fautes mineures tout comme celles graves soient appelées tout simplement faute pour contraindre chaque citoyen à vivre l’excellence au quotidien en toute chose et en tout lieu afin que finisse la médiocrité qui jusque-là a droit de cité.

Edouard ADODE

149 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *