119 vues

EDITO

Que peut une opposition divisée ?

Depuis les dernières législatives au Bénin, les partis de l’opposition se sont donné la main pour mener la résistance contre ce que d’aucun traite de dictature de Patrice Talon. Ainsi, plusieurs actions concertées ont régulièrement été menées par cette coalition circonstancielle de résistance même si les résultats de ces actions restent très mitigés. Puisqu’aucune de ces actions n’a pu arrêter le chef de l’Etat dans sa vision et dans sa marche sur le chemin de ses réformes institutionnelles.

Alors, dans le but de trouver une solution à la crise qui secoue l’univers politique béninois, le chef de l’Etat Patrice Talon a initié une rencontre d’échange avec tous les partis qui n’ont pas pu participer à ces élections à cause des exigences des nouvelles lois électorales en vigueur dans le pays. Par conséquent, les partis de l’opposition se sont d’office trouvés convoqués à cette rencontre.

Mais, contre toute attente, au lieu que l’opposition réagisse d’une même voix à cet appel du chef de l’Etat Patrice Talon, soit en boycottant l’invitation du ‘’dictateur’’, ou encore accepter d’y répondre dans un commun accord, c’est alors que les partis de l’opposition se mettent en rang dispersé pour affronter le seul adversaire visiblement imperturbable et égal à lui-même. Une situation qui du coup vient paralyser le mouvement de résistance qui jusque-là peine à porter des fruits.
Alors, si dans une union de force, le combat n’a pas pu payer, que pourra l’opposition dans ce désaccord qui se manifeste au grand jour ?

Il est donc impérieux voire même urgent que chaque force de l’opposition fasse fi son égo et qu’ensemble la lutte pusse continuer, soit pour la mort collective qui se dessine à l’horizon, soit accepter les propositions du pouvoir en place pour une suivie collective.

Edouard ADODE

119 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *