97 vues

EDITO

Repli tactique ou signe de mort ?

La situation de l’opposition béninoise devient de plus en plus préoccupante, car après la dernière rencontre entre le chef de l’Etat Patrice Talon et les partis en difficulté, rien n’a changé au niveau de l’opposition. Au contraire, l’opposition s’est enracinée dans sa position et indexe la mauvaise foi du gouvernement.

Par la suite, l’opposition ne fait pratiquement plus signe de vie. Ainsi, le silence de l’opposition devient plus inquiétant encore que certains des ténors de cette opposition ont commencé par reconnaître les mérites des réformes de Patrice Talon.

Alors, peut-on déjà dire que les partis de l’opposition sont sur le chemin de leur cimetière ? Ce serait fatal pour la démocratie béninoise que ces hommes qui souvent constituent des éclaireurs disparaissent de la scène politique de si tôt.

Cependant, comptant sur la carrure des têtes qui animent cette opposition, le silence actuel peut être synonyme d’un repli tactique pour un retour en force qui pourra faire très mal. Puisque Candide Azannaï, Boni Yayi, Nicéphore Soglo, Philippe Noudjènoumè, Eric Houndété et autres ne sont pas de nature à abdiquer si facilement. Donc, la démocratie béninoise pourra encore espérer retrouver ces hommes intrépides sur la scène politique avec de nouvelles techniques de lutte autres que celles utilisées jusque-là dans le cadre de la résistance. Une résistance qui apparemment n’a rien donné.

Edouard ADODE

97 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *