2 651 vues

ÉNIÈME CAS DE PENDAISON A PARAKOU

Un jeune se donne la mort et laisse une lettre à ses parents

Il avait 26 ans et devait commencer demain lundi 24 septembre sa formation en technologie. Une formation qu’il a lui-même choisie et dont son papa a payé une tranche. Il ne suivra plus cette formation hélas car ayant mis fin à ses jours très tôt ce matin du dimanche 23 septembre.

 

La lettre

Selon son père, il a abandonné les bancs depuis quelques années et suivi une formation en cuisine qu’il n’a pu terminer. Après une aventure au Niger qui s’est soldée par des maladies, il a décidé de revenir au pays. Ayant appris l’existence d’une école qui forme en technologie, il a émis le vœu d’y aller. Un vœu exaucé par son père qui l’y a inscrit et payé une première tranche de ses frais de formation.

Il en était conscient car dans la lettre retrouvée au lieu du drame, il a écrit à ce propos, « papa tu ma inscrit dans une école…tres important et que je dois commencé ce lundi mais malheureuent je ne suis plus là, ne t en fait pas la solution c’est que tu doit convaincre Isaac a fait cette école dans ce car son avenire serait bien assuré par la grâce de Dieu. Là il poura bien gérer votre vieillesse. »

Dans cette même lettre laissée au pied de l’arbre de manguier dépourvu de son feuillage où il est resté suspendu durant environ 6 heures d’horloge, ce jeune reconnait que son acte est strictement interdit et demande qu’on prie pour lui, « Je sais très bien que c’est une acte qui est strictement interdit dans le corant comme dans la bible mais je ne sais pas s’y l’acte est volontaire ou involontaire donc prier pour moi ». Dans ses derniers mots, il demande à ses parents et amis de ne pas pleurer, « papa, maman, frères et sœurs, amies, ne pleurée par ».

Poursuivant sa lettre, il donne quelques conseils à ses frères, sœurs et amis, « Je profite de cette occasion pour dire à tous mes frères et sœurs ainsi que amies que l’élément premier la plus fondamentale est «l’obéissance des parents », le seconde, «les actes saine ». Puisque la base de mes problèmes commença de la désobéissance des parents et les mauvais acte de la vie a fait aujourd’hui que ma vie na plus de sans et que seule la mort est ma solution ».

Il s’est également adressé à ses frères et sœurs en leur confiant son papa et sa maman, «… vous être mainnent l’espoire de maman, obeïssée les afin que la vie vous sourie bon et faite tous pour la sortie de cette pauvreté ce que je n’a puis faire et posé toujour de bon acte et par la grâce de Dieu le père vous y paviendrai ».

Cet énième cas de suicide qui interpelle tous, mérite des réflexions très approfondies pour des solutions idoines.

Il convient une fois de plus, de savoir que la solution à aucun problème ne saurait être la mort.

Paix à l’âme du disparu, du courage à la famille éplorée et que Dieu les aide à surmonter cette douleur.

Barnabas OROU KOUMAN

2 651 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *