201 vues

FERMETURE DES FRONTIÈRES NIGÉRIANES

Le bout du tunnel est encore loin

Les béninois auront encore du temps à vivre les affres de la fermeture des frontières du Nigéria. La situation morose au plan commercial et du transport que traverse le pays risque de perdurer au regard des dernières nouvelles.

En effet, en visite le mercredi dernier à Maigatari Nigéria / frontière de la République du Niger, le contrôleur général des douanes du Nigéria, le colonel Hamid Ali, a déclaré que le Nigéria ne pense pas rouvrir ses frontières si les pays frontaliers ne se conforment pas aux règles fixées par le gouvernement fédéral.

Alors que le citoyen lambda espère chaque jour la réouverture des frontières du Nigéria, son espoir risque de s’estomper et son budget risque de prendre considérablement un coup. « Les frontières nigérianes resteront fermées jusqu’à ce que les pays qui partagent la frontière avec le Nigéria se mettent en règles avec les exigences mises en place pour les politiques économiques du pays, en termes de ce qui entre dans le pays », ce sont là les propos du colonel des douanes Hamid Ali en visite à Maigatari pour constater de visu la rentabilité de cette période de fermeture des frontières. Aux dires du contrôleur général des douanes du Nigéria, les pays frontaliers du géant de l’Est continuaient d’encourager l’importation de produits de contrebande de toutes sortes. Une situation qui était préjudiciable au développement du Nigéria. Ainsi, la décision de fermeture intervient puisqu’il ne pouvait plus « croiser les bras et regarder de tels pays prospérer au détriment de l’économie nigériane ». Toutefois, il rappelle que malgré la mesure en place, le dialogue est toujours ouvert afin de conclure un nouvel accord respectant la politique économique du Nigéria. Sans complaisance, Hamid a exhorté le personnel de la task-force à assurer la fermeture totale de la frontière contre tout acte susceptible de compromettre les intérêts du Nigéria. Pour finir, il rapporte que « c’est la première fois dans l’histoire de ce pays qu’il existe un groupe de travail composé des forces armées, des douanes, de l’immigration et de la police. Le gouvernement fédéral a mis au point une telle formation afin d’assurer la fermeture absolue de toutes les frontières », a-t-il ajouté.

Voilà qui vient rassurer d’une situation qui certainement ne fait pas plaisir à la grande majorité de la population.

Charles Honvoh

201 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *