143 vues

FIN DE LA 7E LEGISLATURE DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

Quel bilan pour Houngbédji ?

L’Assemblée Nationale du Bénin fait peau neuve. En effet le mandant de la 7e législature a pris fin et une nouvelle s’installe. D’entrée il faut noter le départ de 45 députés qui ne possèdent plus l’immunité parlementaire. Le maitre Adrien Houngbédji et les siens ont terminé leur mission. Alors au terme de quatre ans d’exercice de la deuxième plus haute des fonctions de la République, quel bilan pour Houngbédji ?

Après quatre ans de fonction, les députés de la 7e législature ont voté en tout pour tous 141 textes de lois qui touchent pour la plupart les domaines de l’existence du pays. Des lois qui permettent au gouvernement de disposer des marges de manœuvre pour la santé de l’économie de la Nation.

L’Assemblée Nationale de Houngbédji a voté des lois les plus controversées depuis l’avènement du renouveau démocratique. Des textes qui ont fait couler beaucoup d’encre et de salives, mais qui ont contribué à résoudre certains problèmes du peuple. Comme exemple, il y a la loi sur l’encadrement du droit de grève dans les secteurs vitaux comme la santé, l’éducation et la justice. Cette loi qui a été difficilement acceptée par certains donnent aux secteurs de la santé, de l’éducation et de la justice une certaine notoriété qui présage d’une stabilité à tout point de vue.

Cette 7e législature a aussi voté des lois politiques notamment celles relatives à la nouvelle charte des partis politiques et du nouveau code électoral. Des lois qui donnent certainement un nouveau visage à la 8è législature de l’Assemblée Nationale.

La loi sur l’encadrement du bail à usage d’habitation ou le statut de la magistrature a apporté tant bien que mal des résultants probants. Le code du numérique, le nouveau code pénal qui interdit la commercialisation de l’essence frelaté, la loi portant création de la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (Criet), sont entre autres lois les plus perceptibles dans leur exécution.

141 lois votées pour la 7e législature contre plus de 150 pour la sixième, difficile d’affirmer si les attentes du peuple ont été comblées ou pas. Mais ce sur quoi on peut être sûr est que la 8è législature renouvelée à plus 50% a de grands défis à relever. Bon vent donc à la 8è.

Wahabou ISSIFOU

143 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *