114 vues

INITIATIVE « GREEN CLUBS » SCOLAIRES POUR UNE ECOCITOYENNETE RESPONSABLE À BANIKOARA

Des élèves outillés sur les défis environnementaux

Le Collège d’Enseignement Général (Ceg 1) de Banikoara a servi de cadre, mardi 9 juillet dernier à une conférence-débat sur les défis environnementaux au profit des élèves de la commune de Banikoara. Cette activité qui est issue du projet Initiative green clubs scolaires pour une écocitoyenneté responsable, un projet financé à 95% par l’Union Européenne, a pour but de sensibiliser les élèves des collèges publics de la commune de Banikoara sur les défis environnementaux et les organiser à conduire des actions de protection de la nature avec une forte capacité de mobilisation de la communauté pour la cause environnementale. Elle s’est déroulée en présence du coordonnateur du projet Joël Orou Bata Barassounon, du président du collectif des directeurs de Banikoara Raoul Ahouangnihin, du responsable de la section communale eau, forêt et chasse Armand Kodjo, du représentant du maire de la commune, Ramane Aboubakar, des enseignants et élèves de la commune.

Wahabou ISSIFOU

20 collèges publics des communes de Banikoara, Malanville et Karimama sont concernés par le projet green clubs scolaires pour une écocitoyenneté responsable. Il a pour objectif global de contribuer à la réalisation des objectifs environnementaux des plans de développement des communes de Banikoara, Malanville et Karimama et de participer à la formation d’une génération respectueuse de l’environnement et championne en protection de la nature. Pendant cette conférence-débat, les élèves venus de plusieurs collèges de la commune ont été sensibilisés sur le sens de l’écocitoyenneté après avoir pris connaissance de la dégradation avancée de l’environnement. Le communicateur Roméo Adjéran a mis l’accent sur les dangers liés aux changements climatiques et les défis environnementaux. Il a enfin souhaité le reboisement à travers l’agroforesterie. Joël Barassounon, coordonnateur de l’Ong Su Non Nera s’est réjoui de la participation des différents acteurs qui ont suivi avec beaucoup d’attention les différentes communications. Sur le choix des communes de Malanville, Karimama et Banikoara, il a précisé que ce sont ces communes qui sont les plus touchées par les effets du changement climatique. «…pour les communes de Malanville et de Karimama, c’est des communes sérieusement menacées par les effets des changements climatiques. Pour Banikoara, c’est la production intensive du coton qui participe à la destruction de l’environnement », s’est-il justifié en précisant que tout ceci porte atteinte à la bonne marche des activités économiques. Il a, pour finir, exprimé toute sa gratitude à l’endroit du gouvernement qui a su mettre fin aux coupures abusives des arbres et l’Union Européenne pour le financement de ce projet. Au terme de cette conférence débat, les élèves sont repartis outillés de ce qui concerne les changements climatiques et comment y remédier. Ils ont également promis sensibiliser à leur tour leurs parents et entourages pour la protection et la préservation de l’environnement.
Il faut rappeler que cette initiative de l’Organisation Non Gouvernementale (Ong) Su Non Nera et de l’Association Groupe de Réflexion et d’Action pour le Développement de Banikoara (Gradeb) va durer 18 mois et regroupera plusieurs activités. Au nombre de ces activités, il y a la mise en place et accompagnement de 20 green clubs scolaires, l’organisation d’évènements mobilisateurs au profit de l’environnement tels que la «marche verte», les concours de chants, des campagnes de reboisement de près de 15.000 plants et bien d’autres.

114 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *