165 vues

OPÉRATION DE RECONSTITUTION D’ACTES DE NAISSANCE SANS SOUCHE

Jean Aholou satisfait du bilan à mi-parcours

Une mission de pilotage de l’opération de Reconstitution d’Actes de Naissance sans souche (Pran) au Bénin était face à la presse le vendredi 12 juillet dernier à Parakou. A travers une conférence de pressequi  réuni les professionnels des médias de la cité des Koburu, le président du comité technique du Ravip Jean Aholou a fait le bilan à mi-parcours d’activité de Pran qui se déroule actuellement sur toute l’étendue du territoire national. 

Wilfried AGNINNIN

Encore 24 heures et l’opération de Reconstitution d’Actes de Naissance sans souche (Pran) au Bénin sera conjuguée au passé. En attendant le mercredi 17 juillet prochain, date de la clôture de cette activité, les personnes concernées font le déplacement dans les différents arrondissements afin de se faire enrôler. Un grand engouement est constaté sur le terrain depuis le lancement de ce projet le 2 juillet dernier.
En faisant le bilan à mi-parcours de cette opération plus d’une semaine après, le président du comité technique du Ravip Jean Aholou a décerné un satisfécit aux professionnels des médias de la ville Parakou. Selon lui, cette opération à encrage juridique intervient après celle du Ravip qui a vu 45 000 dossiers rejetés pour défaut de souche. Au cours de cette conférence de presse, les journalistes ont posé des questions d’éclaircissement sur l’opération de Pran. Pour Jean Aholou, les personnes ayant un acte de naissance dont la souche a été détruite, altérée, disparue ou s’est révélée inexistante ou encore celles ayant un jugement supplétif dont le procès-verbal n’existe plus, sont concernées par l’opération.
A la question de savoir, qui n’est pas concerné par le Pran, Jean Aholou répond, « celui qui a un problème de souche mais déjà rétabli par le tribunal; celui qui a un acte de naissance et qui a des raisons sérieuses de croire que sa souche est disponible; celui qui ne dispose pas des deux pièces requises (copie de l’acte de naissance sans souche et le récépissé Ravip et celui qui a bénéficié du témoignage lors du Ravip ». Il faut retenir que, deux conditions sont à remplir pour bénéficier de cette opération de Reconstitution d’Actes de Naissance sans souche (Pran). La première veut que l’on dispose au moins d’une copie simple d’acte de naissance dont la souche a été détruite, altérée, disparue ou s’est révélée inexistante et la seconde exige le récépissé d’enrôlement au Ravip.
Il faut rappeler que cette opération permettra d’avoir un état civil fiable, sécurisé et moderne au Bénin. Pour l’heure, aucune prolongation n’est envisageable de la date buttoir de l’opération fixée pour le mercredi 17 juillet prochain.

Quotidien Daabaaru, leader de la presse écrite dans le septentrion

165 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *