148 vues

.Vers la fin de l’amateurisme politique

Comme prévue par les statuts du parti des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe) dès sa création, l’école de formation politique du parti est entrée dans sa phase pratique depuis le samedi 26 mai dernier à Abomey –Calavi. C’est avec la présence effective des ténors de cette formation politique de l’opposition que les travaux de cette école ont démarré. Les partisans venus de toutes les localités environnantes, ont pris d’assaut le terrain de sport du Ceg II d’Abomey – Calavi sous la houlette du président d’honneur du parti en la personne de l’ancien président de la république Thomas Boni Yayi. Cette initiative qui est une première annonce un véritable changement dans les manières de concevoir la politique au Bénin.

Edouard ADODE (stg)

Eduquer pour mieux aguerrir les partisans au militantisme afin d’assurer une relève de qualité pour le parti, telle est l’option des Forces Cauris pour un Bénin Emergent(Fcbe). Ainsi, conformément aux dispositions de leur statut, les Fcbe ont démarré la formation des militants et celle-ci par ceux des 6eme et 7ème circonscriptions électorales. Le secrétaire exécutif national du parti, Valentin Agossou Djènontin a rappelé à l’assistance l’objectif de ces assises en ces termes, « c’est en effet notre devoir de former une excellente relève. Notre ambition est de permettre à chaque jeune, quelle que soit sa région, quel que soit son parcours, quelle que soit sa position de contribuer au progrès de notre pays ». Cette ambition associée à cet acte permettront sûrement à ce parti politique de disposer de véritables militants et partisans convaincus des idéaux de leur formation politique. Ainsi, au lieu d’assister aux foules électoralistes circonstancielles, désormais le parti pourra compter sur des partisans sérieux acquis à la cause. Ces derniers pourront gravir des échelons au sein du parti conformément à ses textes. Cette initiative fort louable doit faire école pour de meilleurs lendemains aux partis politiques.
Vers la fin de l’amateurisme politique
En effet, depuis l’avènement du renouveau démocratique au Bénin en 1990, les partis politiques peinent énormément à conquérir le pouvoir d’Etat. Ils sont également sujets aux nombreuses transhumances qui fragilisent leur fonctionnement et souvent les assignent à une mort précoce et subite. Point besoin de rappeler les multiples partis politiques enregistrés sur l’échiquier politique national dans le passé, mais qui n’ont existé que pour la période d’une élection. L’autre cancer qui ronge la vie des partis politiques au Bénin est la ‘’tribalisation’’ des partis politiques. La plupart des partis politiques au Bénin sont des patrimoines familiaux de leurs fondateurs ou un regroupement circonstanciel de copains à des fins immédiates. Dans ce climat, l’amateurisme et le tâtonnement deviennent le propre des partis politiques du Bénin. Alors, la généralisation des écoles de formation politique se présente comme un véritable remède à ces maux. Par le biais de ces écoles, il ne serait plus question d’avoir des accointances ou une relation familiale avec le fondateur d’un parti politique avant de prétendre être promû. Il suffira simplement d’appartenir réellement au parti, pour bénéficier des retombées politiques du parti. Place sera désormais faite aux partis politiques forts au lieu des hommes politiques forts, comme dans les grandes démocraties du monde. Cette initiative rentre dans la ligne droite du nouveau code électoral et la nouvelle charte des partis politiques au Bénin.

Il est donc temps que les politiques passent à une professionnalisation des politiciens et que l’entrée en politique ne soit plus le fait d’un hasard ou d’un concours de circonstances, pour une véritable animation de la vie publique.

148 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *