245 vues

Chaque année, à l’approche du mois saint du ramadan, il est constaté, un déferlement dans les marchés. Presque tous les secteurs d’activités sont touchés par les préparatifs de ce mois de grande dévotion. Cette année, l’affluence est déjà de mise dans les boutiques d’alimentation générale,devant les étalages de vivres et de divers. Les séries de mariages font déjà des heureux dans le rang des coiffeurs, couturiers et vendeurs de pagne.

Edouard ADODE (Stg)

Chabaan, le 8e mois du calendrier lunaire s’achemine à grande enjambée à sa fin et le démarrage du jeûne musulman devient de plus en plus imminent. A cet effet, les fidèles musulmans s’attellent pour bien amorcer ce mois saint du ramadan. Plusieurs préalables s’imposent pour passer un mois paisible de jeûne et de prière. Le mariage fait partie de ces préparatifs pour certains.
Des séries de mariages
Depuis l’approche du mois de jeûne, il ne passe un seul week-end dans la ville de Parakou où des célébrations de mariage ne sont observées de part et d’autre. Pour ces cérémonies qui semblent entrer en droite ligne des préparatifs du ramadan, chacune d’elles est immortalisée par des pagnes choisis par chaque couple pour l’événement. Ainsi, ces pagnes choisis varient d’un mariage à un autre et sont proposés à tous les invités qui par-là, honorent les mariés. Alors, pour satisfaire tous les invités, en pagne les mariés négocient avec les commerçants qui leur réservent les motifs choisis « ce n’est pas mal, depuis un mois comme ça, il y a le marché. Nous avons aussi des pagnes que les gens ont réservé pour des mariages»,confirme dame Adiza, commerçante de pagne dans le marché Arzèkè à Parakou. Ceci montre clairement comment le secteur des pagnes se porte bien dans cette période.
Mais en dehors des commerçantes de pagnes, les couturiers et couturièresconstituent également des acteurs économiques directement touchés dans cette période. Un tour dans les ateliers de la place et le constat est là. Tous les ateliers de la ville sont animés. On y voit des artisans qui s’affairent sur des machines à coudre pour livrer des uniformes demandées dans le cadre d’un mariage. Germaine Kouhiko une maîtresse couturière résidant au quartier Gah à Parakou déclare, « vraiment on n’a pas le temps hein. Tous les jours, je reçois des pagnes d’uniforme de mariage. Par exemple ce pagne que je suis entrain de coudre, c’est pour un mariage qui aura lieu le samedi prochain», à Kassim Hassane couturier à Tranza, d’ajouter,« cette année nous avons reçu trop de pagnes de mariage. Parfois on est obligé de chercher des ouvriers pour nous aider à vite livrer les tenues». En dehors du secteur d’habillement, d’autres secteurs sont également touchés.
Des fidèles musulmans prévoyants
Pour ne pas subir l’inflation qui est notée pendant le mois de ramadan de chaque année pour les produits de consommation de première nécessité, certains fidèles musulmans s’en approvisionnent peu à peu d’avance. Par conséquent, des vendeuses de divers à celles des vivres en passant par celles des œufs et des volailles, leurs chiffres d’affaire ne cessent d’augmenter de jour en jour comme nous confirme dame Célestine Lokossou commerçante de vivres au marché Guèma de Parakou « il y a deux semaines comme ça, je suis entrain de constater que les gens viennent un peu un peu pour acheter le maïs, le riz et autres. Avant je vendais jusqu’à 20000f comme ça par jour, mais maintenant je fais au moins 50000f par jour ». Ces propos sont confirmés par Alassane Boubé un client rencontré dans le marché d’Arzèkè, « je suis venu acheter des spaghettis, des boites de lait, du sucre et un sac de riz avant le mois de ramadan, pour bien jeûner avec ma famille, parce que quand les carêmes vont commencer les choses coûtent trop chères». Comme ce fidèle musulman, beaucoup sont ceux qui anticipent sur les achats pour éviter de subir les caprices des commerçants pendant cette période. Ce sont les commerçants qui s’en réjouissent.
Il va sans dire que ce soit les commerçantes, les artisans et mêmes les acheteurs tout le monde fait de bonnes affaires en ces temps-ci. Chacun y tire son intérêt. En attendant la période des jeûnes qui s’annonce déjà comme un véritable moment d’inflation, les prévoyants s’organisent d’avance d’une manière ou d’une autre. Cette anticipation est vraiment louable, et sa généralisation profitera sûrement à toute la communauté musulmane. Cependant, il serait intéressant que les autorités en charge du commerce puissent intervenir de manière efficace pour contrôler et réguler les prix de ces denrées pendant le mois de ramadan. En tout cas, « un homme averti en vaut plusieurs ».

245 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *