141 vues

PROLIFERATION DES DEPOTOIRS SAUVAGES A PARAKOU

Des propriétaires terriens compliquent la tâche à Toko

Installer un peu partout à l’intérieur de la cité des Koburu et parfois même aux abords des grandes voies, les dépotoirs sauvages constituent un véritable problème qui freine la politique de développement de la ville. Malgré la volonté des autorités à combattre le phénomène, il continue de plus belle et ternit l’image de cette ville en pleine croissance.

Le maire Charles Toko dès son arrivée à la tête de la municipalité de Parakou a compris très tôt que le développement d’une ville dépend de l’image qu’elle présente. C’est pour cela, le conseil municipal a doté les structures de pré-collecte d’ordures, d’importants matériels de travail afin de leur faciliter le ramassage des ordures au près des ménages. Aussi des sensibilisations ont-elles été faites à l’endroit des ménages afin que ceux-ci adhèrent aux Ong de pré-collecte.

L’une des raisons qui pourrait expliquer l’ampleur de cette situation est l’incivisme et le manque de volonté des populations qui refusent d’adhérer aux structures de pré-collecte et préfèrent déverser leurs ordures devant les habitations. Aussi la présence des parcelles vide à l’intérieur de la ville favorise le développement de ce phénomène. Une pratique contraire à l’esprit d’écocitoyenneté que devait cultiver les citoyens.

Il faut dire aussi que l’autorité centrale joue un rôle important dans la lutte contre ce phénomène. Mais on observe un manque de répression de la part de ces autorités avec des sanctions contre les personnes qui déversent les ordures devant les habitations et autres places publiques.

Face à cette situation qui ne donne pas une bonne image à la cité des Koburu, il est important que les populations qui sont les premiers responsables de cette situation changent de comportement car le développement d’une ville dépend de l’implication active des uns et des autres.

Les autorités quant à elle doivent prendre des mesures idoines en punissant sévèrement les responsables de cet acte qui freine le développement de la ville de Parakou.

Samiratou ZAKARI

141 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *