196 vues

SANTE

L’univers des femmes qui ignorent tout de leur grossesse

La grossesse chez la femme apparaît généralement avec certains symptômes. Malheureusement, il arrive dans certains cas que la femme soit enceinte, mais l’organisme refuse de reconnaitre cette grossesse et ne présente aucun symptôme permettant à la femme de suspecter un éventuel état. Ce déni de grossesse est un phénomène encore méconnu par plus d’un dans la société et celles qui en sont victimes ont du mal à l’accepter. Cet état de chose n’est donc pas sans impact sur la vie du nouveau né.

Samiratou ZAKARI

Tomber enceinte sans jamais sans rendre compte, considéré comme un mystère dans plusieurs sociétés surtout africaines, est un phénomène qui existe et est prouvé cliniquement par les hommes de la santé. D’après la gynécologue Yasmine Hounzangbé Adoukonou, le déni de grossesse est une maladie qui se traduit par le fait que la femme enceinte ignore son état de grossesse ou n’en prend pas conscience. Le cerveau étant le commenditaire de tous les reflexes de l’organisme, il a donc la capacité de ne pas reconnaitre ou d’occulter une grossesse et intime donc l’ordre à l’organisme de le cacher à l’individu en état. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène.

Causes

Généralement, le déni de grossesse est lié à des causes psychologiques. La gynécologue Yasmine Hounzangbé Adoukonou explique que les causes sont souvent liées à la personnalité de la patiente. « C’est un problème lié au psychisme profond de la personne, à sa conception du fait d’être enceinte, de devenir mère. Suite à des évènements vécu dans le passé, elle ne se voit pas dans la peau de porter une grossesse. Le cerveau capte donc cette pensée et empêche à l’organisme de se manifester lorsqu’une grossesse apparaît puisqu’il n’y est pas préparé ».

Ainsi pendant le déni, la femme ne présente aucun signe grossesse. Le ventre ne présente aucun ballonnement, la femme ne fait aucune nausée et on observe une régularité au niveau des menstruations…

Selon la gynécologue, le déni de grossesse peut se présenter sous deux formes. « Dans la forme totale de déni, la femme n’a pas du tout conscience de son état, l’organisme ne présente aucun symptôme de grossesse et l’entourage ne s’en rend pas compte. Mais dans la forme partielle, la femme a la possibilité de découvrir son état dans le premier trimestre de grossesse suite peut être à un malaise qui l’a conduite à l’hôpital » a-t-elle expliqué.

Moufidath jeune étudiante et mère à Parakou témoigne, « il y a de cela 2 ans j’étais enceinte sans jamais le savoir jusqu’au jour où dans mon 8e mois de grossesse, de violents maux de ventre m’ont conduite à l’hôpital. C’est après analyse on m’a informée que je portais un bébé et j’étais proche de l’accouchement. Ce qui est bizarre, j’avais toujours mes périodes, je mangeais bien et je faisais toujours le sport à l’école ».

Ainsi pendant le déni de grossesse, il y a tout un mécanisme qui se produit au sein de l’organisme et qui fait que le corps de la femme en question ne connait aucune modification.

Manifestations

Dans un cas de déni de grossesse, le bébé reste allongé sur le long de la colonne vertébrale de la mère au lieu de se retrouver dans l’utérus. Ce qui fait qu’aucun signe n’apparait. Le ventre s’affirme donc dès l’instant ou la femme prend conscience et accepte son état de grossesse. L’organisme accepte alors son nouvel état et se conforme à cela. Marceline femme au foyer confirme, « Après deux enfants dans mon couple, je suis allée à l’hôpital parce que j’avais fréquemment le vertige. Le docteur a décidé de me faire un test de grossesse qui s’est révélé positif. Au début moi je ne comprenais pas pourquoi un test de grossesse car pour moi c’est impossible d’être enceinte. Dès l’instant où j’ai appris la nouvelle, mon ventre à commencer par prendre considérablement de volume et 2h après j’ai commencé le travail pour donner naissance à mon garçon. C’est incroyable ».
La venue de ces enfants souvent inattendus peut avoir de répercussion sur la vie de ces êtres fragiles. Ces femmes refusent pour la plupart de reconnaître leur nouveau statut.

Conséquences

Le déni de grossesse peut avoir d’énormes impacts sur l’enfant. D’après le docteur Yasmine Hounzangbé Adoukonou, les femmes victimes de déni de grossesse sont psychologiquement fragiles et peuvent aller jusqu’à commettre l’avortement lorsqu’il s’agit d’un déni partiel. « La femme n’arrive pas dans ce cas à se voir mère et ne trouve donc aucune autre solution que d’avorter cet enfant » a-t-elle fait savoir.
Dans le cas d’un déni total le nouveau-né fait souvent objet de surprotection de la part de sa mère. La maman voudra donc rattraper toutes les étapes de la grossesse qu’elle n’a pas pu vivre. « Elle se reprochera incessamment de n’avoir pas su reconnaître cet enfant dès le début et voudra lui donner de l’amour plus qu’il en faut », a éclairé la gynécologue Yasmine Hounzangbé Adoukonou.
Le déni de grossesse reste encore un phénomène caché dans la société. Il va donc falloir que les hommes de la santé multiplient les sensibilisations afin d’informer sur la présence d’un tel mal.

196 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *