952 vues

Dosso Alidou Fatoumata (Daf) depuis l’enfance, aimait porter les pagnes traditionnels tissés. Elle en est ensuite tombée amoureuse et ne pouvait plus s’en passer. D’où l’idée de création d’une maison de mode. C’est alors que « Daf Collection » a vu jour. A travers cette entreprise, elle a décidé de mener le combat de la valorisation des pagnes traditionnels tissés. Sur son parcours d’acteur de la mode, Fatoumata fait face à plus d’une difficulté. Néanmoins cela ne l’empêche pas de poursuivre son rêve et d’avoir d’inoubliables exploits qui resteront gravés à jamais dans sa mémoire. A travers un entretien, elle nous livre tout sur son parcours, ses actions dans le domaine de la mode et ses ambitions.

Maroufatou KAKPO (Stg)

La seule et précieuse richesse que possède un peuple et qu’il peut laisser aux générations futures est sa culture, sa tradition. Pour ce, il faut que cette culture soit valorisée afin que l’on n’assiste pas à sa perte ou sa disparition. Ainsi, des promoteurs et conservateurs de la culture et de la mode africaine se font observer de plus en plus.

Daf Collection, la mode dans une version tradi-moderne

La mode depuis plusieurs décennies n’a jamais été le grand souci des populations du septentrion. Cependant, la jeune Dosso Alidou Fatoumata y avait mis tout son rêve. Son amour pour le pagne tissé la poussa à la création de « Daf Collection » à Gogounou. «Daf collection est la fusion entre le traditionnel et la modernisation pour un style authentique » affirme la directrice. L’une des ambitions de Daf est de dépasser la perception que l’on a du pagne traditionnel tissé. « Les gens pensent que le pagne traditionnel tissé c’est le tako et le dansiki », se désole Fatoumata. « Mais non, le pagne traditionnel s’adapte à tous les styles vestimentaires », précise-t-elle. Selon elle, le pagne traditionnel tissé peut être utilisé à diverses fins en fonction du goût et de la préférence de chaque individu. Appelés à sortir à chaque fois que le jour se lève, le choix de bien s’habiller s’impose à tous. Et la mode devient comme l’un des besoins fondamentaux de la vie de tout être humain.

La mode, un métier qui nourrit son homme selon Daf

Malgré toutes les difficultés auxquelles il est confronté, le métier de la mode paie son homme comme l’explique Fatoumata, « C’est vrai que pour le moment ce n’est pas encore ça mais on a espoir que ça va aller », voilà qui confirme la thèse de ce qu’il faut semer avant de récolter.

Les difficultés auxquelles fait face Daf

« Daf Collection « , malgré son beau rêve, ses nobles ambitions et son engagement, rencontre des difficultés. Aux nombres de celles-ci, la styliste béninoise confie le manque de ressources financières, matérielles et humaines. La faible demande des populations du fait de la non valorisation du pagne traditionnel tissé par tous, constitue une énorme difficulté.

Déjà de nombreuses créations et des participations à d’importantes soirées internationales de mode

La femme de la mode malgré les épines qu’elle piétine, persiste à aller de l’avant. Elle a à cet effet, connu plusieurs exploits telle que  son implication dans la concrétisation de la décision portant sur le port obligatoire des tenues traditionnelles tous les lundis et les vendredis à la mairie de Parakou. « Ce qui m’a le plus marqué c’est la décision du maire de Parakou, sur le port des tenues traditionnelles tous les lundis et vendredis et qu’il m’ait sollicité pour habiller son personnel », s’est-elle exprimée avec un air très fier, et très reconnaissante.
Son endurance et sa persévérance lui ont permis de participer à plusieurs festivals nationaux comme internationaux.

Quand des autorités adoptent Daf Collection

En dehors des citoyens ordinaires que Daf Collection habille avec ses créations, plusieurs autorités lui font appel. Au nombre de ces personnalités, Daf cite des maires des communes, des préfets, des ministres, des députés et autres cadres. Plusieurs personnalités de la sous région sollicitent également son savoir faire à des occasions. « Il faut dire que nos autorités bien qu’étant des hauts cadres ne délaissent pas leur culture » a-t-elle affirmé.

Un prêt à porter cent pour cent traditionnel

Comme tout être humain, l’un des rêves, des projets de Daf est l’implantation d’un prêt-à-porter cent pour cent traditionnel à Parakou et à Cotonou, « mon projet à court terme est l’implantation d’un prêt-à-porter cent pour cent traditionnel à Parakou et plus tard à Cotonou». La réalisation de ces projets nécessitant des moyens, des appels sont donc lancés à l’endroit de toute bonne volonté voulant aider Daf.
Un pays ne peut se vanter que de sa culture en face d’autres pays. Les autorités en charge de la culture et les autres autorités au plus haut niveau sont interpellées dans l’accompagnement et le soutien de cette jeune promotrice de la culture béninoise et africaine.
« Daf Collection » est au +229 67553535

952 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *