Chers internautes, abonnés, clients et partenaires du site d'information Daabaaru, suite à la décision de la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication (HAAC) portant suspension des médias en ligne n'ayant pas une existence légale, nous portons à votre connaissance que nous ne serons pas en mesure de mettre en ligne les informations à compter du 10 juillet à minuit.


L'équipe de rédaction de Daabaaru vous présente ses sincères excuses et vous rassure que les démarches sont entreprises pour la régularisation au plus vite de la situation.

300 MILLIARDS POUR OUIDAH SEUL : Kouandé, Kérou et Péhunco enclavées, nagent dans l’eau et la poussière

4 semaines déjà | Écrit par
17 576 vues
4 2

 

Le gouvernement de la rupture a prévu un investissement de près de 300 milliards, c’est-à-dire 1000 millions fois trois cent pour la valorisation du patrimoine culturel de cette commune. Ouidah qui, faut-il le rappeler, n’a pas problème de route d’accès encore moins de ponts qui arrachent des vies à chaque saison de pluies. Cet investissement pourrait être perçu comme “joindre l’utile à l’agréable”.
Au même moment, une localité constituée de 3 grosses communes avec des actifs sur les plans agricoles et économiques reste enclavée et végète dans un calvaire qui n’a pas de qualificatif. Il s’agit bien évidemment de la région des 2Kp (Kouandé-Kérou-Péhunco) qui depuis les indépendances est victime de l’injustice des différents gouvernements qui se sont succédé. Cette localité manque d’infrastructures routières. Elle ne dispose d’ailleurs pas d’un seul millimètre de bitume encore moins de voies pavées. Les braves populations perdent des vies à chaque saison de pluies en voulant traverser des rivières sans infrastructures de franchissement. C’est le cas du fameux pont de Kankou dans la commune de Kouandé qui depuis des années est resté inachevé et ne fait que multiplier ses victimes.
La promotion de la culture oui, mais sortir une région du pays de l’enclavement parait plus urgent.
De quel développement s’agit-il, si les fonds de la République semblent appartenir à certains plus qu’à d’autres? Quel péché les populations de ces communes ont-elles commis pour ne pas avoir droit aux actions du gouvernement ?
Il reste encore quelques mois au gouvernement de Patrice Talon pour démontrer son attachement au même titre à toutes les localités du Bénin. Avant la fin de son mandat, Patrice Talon doit tout au moins lancer les travaux des routes Kota-Kouandé-Péhunco-Guessou Sud et ceux de l’axe Djougou-Péhunco-Kérou-Banikoara.

Barnabas OROU KOUMAN

Catégorie :
A la une · Actualité

Commentaires

  • C’est dégueulasse et très grave pour nous au nord en particulier les 2kp soit disant unis. A ma petite connaissance, nous avons plus de cultures que le sud, et dans l’histoire de mon pays je ne crois pas qu’une somme si importante et très colossale soit décaissée pour la culture d’une seule commune ou département (Loin du régionalisme ni de l’être, d’ailleur je suis contre, mais juste dire m’a part de vérité). Humm !!! Je me demande toujours quand allons nous comprendre ?
    On dit toujours en s’unissant on peut obtenir tous ce qu’on veut, celà est le pur contraire pour les 2kp. Le président n’a pas tor. Quand l’on ne se soucis pas de lui on ne peut l’avoir autant pour lui. Nous sommes unis verbalement mais pas dans le vrai sens du terme. Les plus forts font le semblant et pire les plus faibles cherchant poursuivant tousse l’intérêts personnels. Le Nord Bénin perd ses valeurs, ses qualités et sa dignité comme l’afrique contre l’accident.
    Ça fait mal…

    Idrissou SOUROKOU 9 juillet 2020 22 h 36 min Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *