57EME SOMMET DE LA CEDEAO AU NIGER : La crise au Mali au cœur des débats

4 mois ago | Written by
2 717 vues
0 1

 

Après 5 mois d’attente, le président Mahamadou Issoufou du Niger, président en exercice de la Cedeao a ouvert le 57ème sommet de cette organisation. C’était le lundi 7 septembre dernier au centre international de conférence Mahamat Gandhi à Niamey en présence de plusieurs présidents africains. Les débats de ce 57ème sommet ont tourné autour de la situation économique, politique et sécuritaire de la sous-région.

Dans son discours d’ouverture, Mahamadou Issoufou a en ce qui concerne la situation économique parlé des conséquences de la pandémie de la Covid-19 sur les pays de l’Afrique de l’Ouest. Des conséquences liées notamment à la fermeture des frontières terrestres et aériennes.

Pour ce qui est de la question sécuritaire marqué par le terrorisme dans certains pays, le président en exercice de la Cedeao a fait savoir que la crise peut durer. Il a pour cela invité l’ensemble des pays à communier leurs efforts pour traverser la crise.

Sur le plan politique, Mahamadou Issoufou a insisté sur la nécessité du renforcement des institutions démocratiques dans l’espace Cedeao tout en saluant les efforts fournis par plusieurs pays dans l’installation de nouvelles autorités élues. Néanmoins, ce dernier a précisé que le dernier trimestre de l’année en cours sera consacré à l’organisation des élections dans plusieurs pays africains. Il a insisté sur la bonne organisation de ces joutes à venir.

La situation de crise au Mali est l’un des points qui ont retenu les attentions au cours du sommet. Le président nigérien a, à ce sujet, rappelé les sanctions prises par la Cedeao à l’endroit de ce pays depuis le coup d’Etat orchestré par les militaires pour éjecter le président Ibk du fauteuil présidentiel. Cependant, le président de la Cedeao a fait savoir que « le Mali a plus que jamais besoin de stabilité pour que les aspirations fortes du peuple malien à la sécurité, au développement soient pleinement satisfaites. Il est du devoir de notre communauté d’assister les maliens en vue d’un rétablissement rapide de toutes les institutions démocratiques. La junte militaire doit nous aider à aider le Mali ». Il a par la suite ajouté qu’ils fondent l’espoir que la junte répondra favorablement aux mesures prises par leur communauté. Pareil pour d’autres partenaires stratégiques du peuple malien.

 

Samira ZAKARI

Article Categories:
Actualité · Internationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *