A TRAVERS UNE PIECE DE THEATRE, : Le consortium Ajepec/Bona Koné ressuscite Bio Guerra

10 mois déjà | Écrit par
979 vues
0 0

A TRAVERS UNE PIECE DE THEATRE,

Le consortium Ajepec/Bona Koné ressuscite Bio Guerra

Plusieurs héros nationaux ont eu à mener de rudes combats contre les blancs au prix de leur vie dans les anciens royaumes du Dahomey. Au nombre de ceux-ci figure Bio Guerra qui est une figure phare de la résistance coloniale dans le nord du Bénin. Et c’est pour rendre plus vivantes les prouesses de cet héros national peu connu que l’Association des Jeunes pour la Promotion de l’Education et de la Culture (Ajepec) Su dom Se en collaboration avec la compagnie de théâtre Bona Koné ont initié un projet de création et de diffusion d’une pièce de théâtre sur la résistance de Bio Guerra. Le lancement de ce projet a eu lieu le vendredi 23 août dernier à N’dali.

Edouard ADODE

La salle de réunion de l’Association pour le Développement des Communes du Borgou a abrité le vendredi 23 août dernier la cérémonie de lancement de la pièce de théâtre créée par le consortium Ajepec Su Dom Se et la compagnie de théâtre Bona Koné sur la résistance de Bio Guerra face au colonialisme dans le nord du Dahomey, Bénin d’aujourd’hui.
Un extrait de cette pièce de théâtre qui retrace les temps forts de cette résistance a été présenté devant un public composé des représentants des maires des communes de Parakou, de Sinendé, de Bembéréké, de Nikki et de Savè.

En présence du roi de N’Dali et du maire de la cité des Bonakéri Gaston Yorou, le coordonateur du projet Samwilou Soumanou est revenu sur le contexte de cette initiative qui vise à mieux faire connaître l’histoire de la résistance coloniale dans le Nord Bénin aux générations actuelles et futures pour que l’histoire soit mieux enseignée. Il a précisé par la suite que ce projet a également pour objectif, « de contribuer à la promotion des valeurs socioculturelles traditionnelles du milieu Baatoonu à travers des créations artistiques professionnelles… ».

Le directeur départemental de la culture Adamou Massioudou et le maire de la commune de N’Dali Gaston Yorou ont salué cette initiative louable et le sérieux qui caractérise ce projet. De même, nombreux témoignages des résultats des actions culturelles de l’Ajepec ont été donnés par des acteurs impliqués dans ce projet financé par l’Union Européenne à travers son programme dénommé Renforcement et Participation de la Société Civile (Repasoc).

C’est donc parti pour 18 mois d’intenses activités faites de collecte de données, de la formation de 23 acteurs sur les techniques de narration et autres, de résidence de création et bien d’autres.

Catégorie :
A la une · Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *