458 vues

ABSENCE DU PARTI RESTAURER L’ESPOIR AUX PROCHAINES JOUTES

Candide Azannaï dans un faux jeu!

Le mardi 11 février 2020, le parti Restaurer l’Espoir (Re) a rendu public un communiqué dans lequel il est exposé les raisons de l’abstention de ce parti de l’opposition aux prochaines joutes électorales. Or, il y a seulement quelques jours, le parti de Candide Azannaï venait d’obtenir son certificat de conformité, ce qui lui donne une existence légale. Cette décision peut paraître surprenante pour certains mais normale pour d’autres.

Surprenante, tout simplement parce que l’obtention du récépissé définitif par Restaurer l’Espoir pourrait laisser croire à une éventuelle participation du parti à ces élections communales et municipales du 17 mai prochain. De même, rêvant de balayer le pouvoir de la rupture, on pourra penser qu’Azannaï irait à la conquête des mairies pour espérer avoir le maximum de parrains capables de l’épauler en 2021. Mais hélas! Tel n’est pas le cas. Sous prétexte que les conditions d’organisation de ces joutes ne sont pas conformes au principe de la décentralisation, Restaurer l’Espoir a tout simplement jeté l’éponge.

Ce qui était bien prévisible compte tenu des exigences des nouvelles lois en vigueur. Pour ces élections, il n’est plus question pour les partis de se présenter dans quelques communes pour prétendre y participer. Ainsi donc, connaissant son poids politique sur l’échiquier national, le parti Restaurer l’Espoir qui depuis sa création n’a jamais pu faire élire un seul député sans se mettre en alliance avec un autre parti, était visiblement incapable de satisfaire à cette exigence. Et même si Restaurer l’Espoir arrivait à réunir tous les dossiers pour ces joutes, il est bien évident qu’il lui serait difficile de remporter 10% des voix au plan national, condition sine qua non pour être pris en compte dans le partage des sièges.

Dans ce contexte, participer aux élections serait une perte de temps et d’argent pour les candidats de ce parti. Cette participation serait également une grande déculottée pour Azannaï et son parti.

Alors, se retirer n’était pas un choix pour Candide Azannaï et son club, mais une contrainte dont les vraies raisons n’ont pas été officiellement données.

Edouard ADODE

458 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *