AFFAIRE 30H DE COURS POUR LES PRE-INSERES : Noël Chadaré craint une inefficacité des enseignants . «On plonge le système éducatif dans le sous-sol», a-t-il martelé

4 mois ago | Written by
1 651 vues
0 0

 

 

Le nouveau quota horaire de 30 h de cours par semaine pour les pré-insérés continue de susciter de vives réactions au sein de l’opinion publique et des acteurs de l’éducation au Bénin. Dans une interview téléphonique accordée à la radio Fraternité, Noël Chadaré, secrétaire général de la Confédération des Organisations Syndicales Indépendante du Bénin (Cosi-Benin) a exprimé son mécontentement face à cette décision qui à l’en croire est venue anéantir complètement le système éducatif béninois. Pour lui, la mesure est en contradiction avec l’arrêté 069 du 27 novembre 2019 portant charge horaire des professeurs des enseignements secondaires général et technique signé par le ministre de tutelle. Selon Noël Chadaré, « l’arrêté 069 précise clairement que les professeurs certifiés ont droit à 18 h de cours dont 2 h d’animation pédagogique ; les professeurs adjoints quand à eux ont 20 h de cours dont 2 h d’animation pédagogique et les aspirants 22 h de cours dont 2 h d’animation pédagogique ». Face à cette précision, le syndicaliste dit ne pas comprendre comment ils en arrivent à changer les règles du jeu au cours du jeu avec désormais 30 h de cours pour ces pré-insérés.

Contrairement à la décision ministérielle faisant cas des 30 h de cours, le Sg de la Cosi Bénin pensent plutôt que les aspirants ne devaient pas avoir plus d’heures que les enseignants expérimentés.

À la question de connaître les retombées que peuvent avoir cette décision sur le système éducatif, le syndicaliste précise qu’il y en a plusieurs. « La conséquence immédiate est l’inefficacité de ces enseignants. On plonge le système éducatif dans le sous-sol, il est déjà sur la terre ferme et avec ce qui est en train de se faire, les gens vont bâcler le travail. Si je prends par exemple un professeur de français, avec 30h de cours, il aura 5 classes. Il sera inefficace », a déploré Noël Chadaré sur la ligne téléphonique de Fraternité Fm.

L’autre point sur lequel s’est prononcé Noël Chadaré est la mesure sur le système de bivalence auquel seront soumis les pré-insérés. Selon ce dernier, le système de bivalence vient sonner le glas du système scolaire parce que, « la bivalence, ça s’apprend à l’école normale et les gens ne sont pas formés pour être bivalent », a laissé entendre le syndicaliste.

Il faut préciser que la commission de négociation gouvernement-syndicat s’est réunie le mardi dernier pour échanger sur la rentrée scolaire 2020-2021 qui a démarré le lundi 28 septembre dernier. Et la situation de réaménagement du quota horaire des enseignants pré-insérés n’a pas été occultée. Les syndicalistes ont donc exposé aux membres du gouvernement, les conséquences que peuvent entraîner cette mesure tout en les invitant à revoir les choses avant qu’il ne soit trop tard. Pour Noël Chadaré, si le gouvernement veut améliorer la qualité de l’enseignement au Bénin, il doit le faire dans le respect des textes pour ne pas discréditer le système éducatif car pense-t-il, « dans aucun pays de la sous région, on ne donne 30 h de cours à un enseignant ».

Pour finir son interview téléphonique avec Franck Essaie Ahounou, Noël Chadaré dit avoir espoir que les doléances et suggestions faites au gouvernement seront prises en compte par le gouvernement qui malgré tout est sensible au sort de ces enseignants qui sont appelés à faire plus de sacrifices que par le passé.

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Éducation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *