DEUX ANS DU PRÉFET DJIBRIL MAMA CISSE À LA TETE DU BORGOU : Les différents acteurs apprécient

2 ans ago | Written by
3 846 vues
0 0

DEUX ANS DU PRÉFET DJIBRIL MAMA CISSE À LA TETE DU BORGOU

Les différents acteurs apprécient

Inspecteur Garba Ayouba, Directeur Départemental des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle du Borgou, ‘’ Aucune question de développement ne lui échappe, par exemple les grossesses en milieu scolaire, la déperdition scolaire, le niveau d’exécution des programmes d’études, etc’’

Garba Ayouba, Ddestfp Borgou

Les deux années d’exercice du pouvoir de Monsieur le Préfet du Borgou sont dans l’ensemble très satisfaisantes, de mon point de vue puisque cela fait environ 20 mois, près de deux ans, que je se suis en mission républicaine aux côtés de Monsieur le Préfet en tant que Directeur Départemental des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle du Borgou.
Jai eu un réel plaisir à travailler aux côtés du Préfet. Il incarne réellement l’autorité par sa rigueur, sa ponctualité, son impartialité, sa disponibilité, son ouverture, sa démarche participative, sa maîtrise des textes et le respect des textes. Par exemple, Monsieur le Préfet n’hésite pas à rejeter sans état d’âme une demande d’établissement d’un ordre de mission quand il constate un chevauchement d’activités de la même direction pendant la même période. Et il vous invite humblement à vous conformer aux textes. De plus, La Conférence Administrative Départementale (Cad), grâce au Préfet est devenue un cadre privilégié d’échanges, de communications sur des questions d’actualité et de développement et surtout de renforcement des capacités des membres. Humble, le Préfet lest. A deux reprises, j’ai accueilli le Préfet du Borgou avec son cabinet me rendre une visite de courtoisie, soit pour me remercier pour les résultats du Bepc et Bac, soit pour s’enquérir des conditions de préparation de la rentrée scolaire. Deux fois, le Préfet a marché à nos côtés pour soutenir la « marche du cœur » organisées par ma direction, avec toujours un appui logistique et financier du Préfet. Les tournées statutaires annuelles sont aussi des occasions où j’ai vu un Préfet soucieux du développement intégral, harmonieux et équilibré de son département. Aucune question de développement ne lui échappe, par exemple les grossesses en milieu scolaire, la déperdition scolaire, le niveau d’exécution des programmes d’études, etc. En définitive, la nomination du Préfet Djibril Mama Cissé est une chance pour le Département et nous devons saisir cette chance pour relever les défis de développement du Borgou.

Bakourégui Souanou, Directeur Départemental Borgou de la Famille ‘’ Je crois que c’est de ce genre d’autorité qu’il faut dans nos communes’’

Bakourégui Souanou, Ddf Borgou

Depuis que le département est créé je pourrai dire, c’est le plus jeune préfet qu’on a eu à la tête de ce département. Dans l’ordre des préfets qui se sont succédé jusqu’à ce jour, il a une très grande capacité d’écoute. A priori, on pense qu’étant jeune, il serait agité devant les dossiers, non. Et de par sa grande capacité d’écoute, il gère tranquillement les dossiers. Il assiste socialement, il intervient où le besoin se fait sentir. Il ne travaille pas avec l’esprit du ‘’m’as tu vu’’. Parfois on se demande de quelle commune il est originaire, on le voit toujours aux côtés des populations. Je crois que c’est de ce genre d’autorité qu’il faut dans nos communes. Et tout le travail qu’il doit faire, c’est dans le calme, il le fait et atteint ses objectifs, il ne s’agite pas. En tout cas dans le secteur social, c’est quelqu’un qui est allé jusqu’à s’investir physiquement et financièrement… Physiquement, il a été disponible pour que tous les dossiers sur lesquels on aimerait qu’il travaille avec nous, il est derrière pour suivre de près ce qui se passe. Et ça fait que nous qui exécutons, on a la peur. Financièrement le préfet est arrivé à me dire ouvertement: « monsieur le directeur nous avons deux grands combats dans ce département sur le secteur social: l’enregistrement des actes de naissances des enfants doit être suivi rigoureusement dans toutes les communes du département parce qu’on a constaté que la majorité des enfants qui naissent sont sans actes de naissance jusqu’au Cm2; le deuxième combat est par rapport à toutes les formes de violences exercées sur les filles, la violence basée sur le genre, la violence à l’école, le mariage précoce. Je suis prêt à sortir mon argent de ma poche pour empêcher cela ».

He Gobi Gaston Yorou, Maire N’Dali, ‘’ Le Préfet Djibril Mama Cissé est l’un des meilleurs cadres que j’ai connu dans ma longue carrière professionnelle et politique’’

He Gobi Gaston YOROU, Maire N’Dali

Le Préfet Djibril Mama Cissé est l’un des meilleurs cadres que j’ai connu dans ma longue carrière professionnelle et politique. Il a vraiment toutes les qualités requises notamment l’humilité et la crainte de Dieu, indispensables à mon sens pour bien conduire les hommes. Depuis 2 ans, je suis séduit par la manière dont il assume son rôle de tutelle des communes. L’impact positif de ce dynamisme du Préfet s’est concrétisé dans le classement 2016 de la CONAFIL où les 8 communes du Borgou occupent des places honorables et même 4 dont N’Dali dans le top 20.

Maire de Nikki, Oumarou Lafia, ‘’ Il est aussi toujours aux côtés des communes pour des actions de développement ’’

Oumarou Lafia, Maire de Nikki

Deux ans déjà que Djibril Mama Cissé a été placé à la tête du département du Borgou, je salue son courage et son engagement. Ce préfet qui est le premier à gérer les huit communes du Borgou après la concrétisation des douze départements conduit avec dextérité le processus de décentralisation entamé au Bénin depuis 2003. Djibril Mama Cissé, au cours de ces deux ans a mis son expérience au service des communes particulièrement celle de Nikki. L’appui conseil, le contrôle de légalité des actes et les tournées statutaires qui relèvent de la tutelle n’ont pas fait défaut aux communes. Outre ces obligations qui relèvent des textes de la décentralisation, le préfet Djibril Mama Cissé est toujours au service des communes et entretient de bonnes relations avec l’ensemble des huit maires. Il fait preuve de disponibilité pour aider les autorités communales et cadres des mairies à gérer certains problèmes. La célérité dans le contrôle de légalité des actes communaux, la réduction du délai d’adoption et d’approbation des contrats des marchés, le suivi rapproché dans la gestion des communes à travers les descentes, l’appui dans la tenue des sessions des cadres de concertation des chefs services des communes et ceux de la préfecture, la dynamisation du Cdcc sont des résultats probants de Djibril Mama Cissé. Il est aussi toujours aux côtés des communes pour des actions de développement. A Nikki, pendant ces deux ans, l’assistance des cadres de la préfecture et de l’autorité de tutelle ne nous a jamais fait défaut. Je peux dire que Djibril Mama Cissé est véritablement au service de nos communes. Pendant ces deux ans, beaucoup de choses ont changé dans nos communes. L’assistance de la tutelle aux communes a favorisé une bonne gestion administrative à travers la qualité des différents actes communaux, le renforcement du processus de décentralisation dans le Borgou et la bonne gouvernance. Les communes du Borgou sont au dessus de la norme et de la performance nationale dans la gestion des fonds Fadec depuis 2 ans. C’est aussi à l’actif de la tutelle et ceci prouve qu’un travail sérieux se fait dans ce département. Djibril Mama Cissé fait bien son job et les communes du Borgou particulièrement celle de Nikki lui expriment leurs profondes reconnaissances pour tout ce qu’il fait pour que notre département soit meilleur.

Euphraïm Lémou, Chargé de Mission du Préfet, ‘’ Je suis certain qu’avec lui on peut atteindre 100% du taux de réalisation de notre PTA un jour’’

Euphraïm Lémou, Chargé de Mission du Préfet

Mon patron, je l’admirais depuis qu’il n’était même pas à la Préfecture. En quelques mots je retiens ceci de lui que, c’est quelqu’un qui aime ce qu’il fait, il aime ce qui est parfait, il souhaite avoir aussi des collaborateurs qui répondent à ses aspirations, il souhaite vivre dans un environnement très sain. Tu sais le prendre et tu obtiens tout et absolument tout de lui. En deux ans déjà, plusieurs actions à son actif que je ne citerai pas ici. Je suis certain qu’avec lui on peut atteindre 100% du taux de réalisation de notre Pta un jour. Permettez-moi de ne pas dire plus que ça et ne me dites surtout pas d’énumérer ses points faibles. Cependant croyez-moi par rapport au travail on avance et on espère encore accomplir plus d’exploits avec lui. Merci pour l’opportunité.

Adam Zakari, Chargé de Mission du préfet du Borgou ‘’ Assez prudent sur la prise des décisions mais lorsqu’il finit par se décider, on réussit toujours’’

Adam Zakari, Chargé de Mission du préfet du Borgou

Assez prudent sur la prise des décisions mais lorsqu’il finit par se décider, on réussit toujours. Il accompagne assez l’initiative des collaborateurs lorsqu’il est convaincu. Il encourage et facilite toujours la mise en œuvre du plan de travail annuel de la préfecture ce qui a amélioré ces deux dernières années, les performances de la préfecture et par ricochet, du département. Qu’il continue de faire davantage confiance à son équipe, et nous ferons encore un peu plus que par le passé. Merci.

Orou Bourke Bio, Sg syndicat préfecture Borgou ‘’ Il a attaqué un certain nombre de points importants que les autres préfets ont laissé et qui gênaient les travailleurs et les usagers’’

Orou Bourke Bio, Sg syndicat préfecture Borgou

Effectivement, cela fait déjà deux ans, et deux ans c’est important dans la vie de l’homme. Depuis son arrivée, ce que je vais d’abord dire de lui, c’est un préfet sympathique, parce qu’il aime la collaboration, il aime la communication. C’est ça d’abord qui nous a satisfait. Donc ce n’est pas quelqu’un qui va vous effrayer à ne pas venir dans son cabinet pour lui poser les problèmes de la structure. Donc ça là d’abord on lui enlève chapeau. Ensuite quand il est arrivé, Il a attaqué un certain nombre de points importants que les autres préfets ont laissé et qui gênaient les travailleurs et les usagers. C’est là que nous tous d’abord on lui a enlevé le chapeau. Tel que par exemple quand il est arrivé ici il y avait des abeilles au niveau de la préfecture de Parakou et ces abeilles là, grâce à lui on a fait évacuer ces abeilles et aujourd’hui tout le monde a la paix. Ça c’était un grand obstacle pour l’accomplissement de la mission des agents de la préfecture de Parakou. Ensuite le préfet Mama Cissé, il aime les gens. A son arrivé, l’état de la préfecture était mauvais mais quand il est arrivé il a mis tout en œuvre pour pouvoir rénover la toiture et l’intérieur de tous les bureaux. Sinon entre-temps quand tu venais à la préfecture surtout au niveau de la salle de réunion, tu ne peux pas rester là s’il pleut. C’était une véritable mare aujourd’hui tout ça là c’est parti. Tous les bureaux qui coulaient ont cessé. Voilà une grande tâche encore qu’il a abattu et par là d’abord nous allons dire que nous l’apprécions beaucoup. Ensuite, quand vous descendez, on ne pouvait pas comprendre si la préfecture méritait ce nom de préfecture mais aujourd’hui grâce à son arrivée… Vraiment on le remercie. En gros, il faut dire la vérité le préfet de la préfecture de Parakou, il a fait et continue de faire.
Bon au niveau des difficultés franchement l’homme ne peut pas travailler sans obstacle. Parce que quand il est arrivé, il y avait un certain nombre d’obstacles tel que le manque de matériel de travail et qu’on ne trouvait pas. Aujourd’hui tout ça là nous on a oublié. Il a nagé de gauche à droite pour arriver à bon port. Donc les obstacles qui se posent à lui sont le manque de personnel. C’est un grand obstacle pour lui, mais c’est indépendant de sa volonté parce que ce n’est pas lui qui doit faire le recrutement, c’est le ministère de la fonction publique qui doit faire le recrutement. Et jusqu’à l’heure où nous parlons ici, ce problème existe. C’est la hiérarchie même qui doit résoudre ce problème de personnel. Parce que si on ne nous envoie pas des gens pour travailler, lui même ne peut dire qu’il organise un concours. Donc c’est le seul problème.

Zouératou Garia Doko épse Chabi Bouari, Chef Service des Ressources Humaines à la préfecture, ‘’ Il est à l’écoute des besoins du personnel, avant même qu’on lui exprime nos besoins, il a déjà trouvé des solutions’’

Zouératou Garia Doko épse Chabi Bouari, Chef Service des Ressources Humaines à la préfecture

Je vous jure que c’est vous qui me rappeler que le préfet est entrain de faire deux ans. C’est comme si c’était hier qu’il est arrivé selon moi. Cela veut dire que tellement il fait du bon travail qu’on ne sent même pas qu’il a déjà fait deux ans. Si c’était le contraire peut-être qu’on aurait senti que cela fait deux ans qu’il est là. Nous remercions le préfet Mama Cissé pour tout ce qu’il fait à la préfecture. C’est ma sixième année de fonction à la préfecture de Parakou et il m’a vraiment marqué. D’abord les deux ans ont été très fructueux. Après son arrivée, la première des choses qu’il a mis en place c’est la ponctualité, la ponctualité et l’assiduité au travail. C’est quelqu’un qui aime le travail potable. Et depuis qu’il est arrivé, il s’est assuré que le personnel ait tout à sa disposition, les matériels sont à notre disposition désormais, le cadre est propre et sain, la sécurité des agents est assurée. Il est à l’écoute des besoins du personnel, avant même qu’on lui exprime nos besoins, il a déjà trouvé des solutions. Parfois, il sort même l’argent de sa poche. Il est très sociable et à l’écoute du personnel. Aussi très important, il a payé les arriérées des travailleurs, vraiment c’est salutaire. Je ne lui jette pas des fleurs, mais c’est la vérité. Nous l’invitons à avoir la patience et continuer avec nous.

Séni Bassitou, citoyen de Parakou, ‘’ Je l’invite aussi à se montrer sur le terrain’’

Séni Bassitou, citoyen de Parakou

Le préfet gère bien le département, en particulier la ville de Parakou. Avec le maire Charles Toko, l’honorable Rachidi Gbadamassi, ensemble à trois avec le maire Samou aussi, ils participent au développement de la commune à travers les différents projets qu’ils ont lancé dans la ville. Pour ça je lui tire chapeau car cela permet de faire voir Parakou au plan national et même régional. Des actions comme par exemple, les nouvelles cartes qui, désormais comprennent le numéro des gens donc en cas de perte tu peux récupérer ça c’est une bonne chose. Je l’invite aussi à se montrer sur le terrain. Par exemple aller vers les familles qui crient la rupture, qu’il se rapproche et voit ce qui ne va pas, ça lui permettra de se faire connaître plus.

Florence Adito, enseignante d’anglais à Tchaourou, ‘’ il doit se faire voir pour qu’on le connaisse davantage’’

Moi, personnellement je ne connais pas le préfet. Je n’entends pas trop parler de lui non plus. Je ne le connais pas. Mais je connais Toboula malgré qu’il soit à Cotonou, donc il doit se faire voir pour qu’on le connaisse davantage.

Gloria Ayanou élève en classe de 1ère, ‘’Je suis fière et je suis contente de ce qu’il a fait’’

Gloria Ayanou élève en classe de 1ère

Moi, j’ai bien aimé comment le préfet a utilisé ses deux années à la tête du département du Borgou… Je le connaissais avant qu’il ne soit nommé préfet et il n’a pas changé. Il ne s’est pas pris la grande tête parce qu’il est devenu préfet. Il a bien exécuté ce qu’il devait faire.

Sandrine Tayewo, ‘’ Il a fait tout ce qu’il devait faire’’

Je crois qu’en ce qui concerne ce mandat, il a fait tout ce qu’il devait faire. Moi je n’ai rien trouvé de mauvais en ce qu’il a fait, je crois qu’il accompli bien sa mission, il a travaillé. Je ne lui reproche rien. Il a appliqué les textes, il a fait le nécessaire et c’est bon.

Article Categories:
A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


c99
anadolu yakas escort ili escort beylikdz escort esenyurt escort antalya escort avclar escort irinevler escort