DÉVELOPPEMENT LOCAL À SAKÉTÉ : Le Ca Enock Adégnandjou fait le point de sa gestion

8 mois déjà | Écrit par
677 vues
0 0

DÉVELOPPEMENT LOCAL À SAKÉTÉ

Le Ca Enock Adégnandjou fait le point de sa gestion

Le Chef d’Arrondissement (Ca) de Yoko dans la commune de Sakété était l’invité de l’émission “ commune à la loupe” de la chaîne de télévision Adé Tv. Au cours de cette émission le Ca Enock Adégnandjou a passé en revue les réalisations à son actif depuis son élection le 27 juin 2016. L’autorité n’a pas manqué de soulever les difficultés qui entravent la bonne marche des affaires au niveau de son arrondissement.

Wilfried AGNINNIN

Les populations de l’arrondissement de Yoko savent un peu plus sur la gestion des affaires de leur autorité. Au détour d’une émission télévisée le Chef d’Arrondissement (Ca) de cette localité a passé au peigne fin les actions phares menées depuis son élection à la tête de cette unité administrative. D’entrée, Enock Adégnandjou a fait savoir qu’un Ca est le garant du mieux-être des populations dans un arrondissement. Il recueille et transmet au conseil communal, les besoins des populations de ces villages ou quartiers de ville.

Au titre des réalisations, le Ca Enock Adégnandjou a cité la construction et la réfection de plusieurs modules de classes notamment à l’Epp Yoko centre. La réhabilitation, la construction d’une guérite et des toilettes au Centre de Santé de Yoko. Grâce au leadership et au dynamisme du Ca Enock Adégnandjou, l’arrondissement de Yoko a été doté d’un commissariat plus 4 logements sociaux pour les forces de sécurité. L’autorité a également managé auprès de l’ambassade japonaise pour la construction de trois forêts communales avec la mise en terre de plus de 3 mille plants. La bonne gestion des affaires locales a permis au Chef d’Arrondissement de Yoko d’améliorer les recettes de plus de 1 500 000 F cfa qui étaient à 300 000 mille dès son arrivée.

Cependant, quelques difficultés entravent le bon fonctionnement des activités de l’arrondissement de Yoko. Entre autres, la non déclaration des naissances et des décès, l’insuffisance des salles de classes et d’enseignants, l’impraticabilité de certaines voies et le manque de certaines infrastructures communautaires. En ce qui concerne les enfants n’ayant pas d’actes de naissances, Enock Adégnandjou a salué le chef de l’État Patrice Talon pour l’initiative du Ravip qui a résolu un temps soit peu ce problème.

L’autorité a, pour finir, invité ses administrés à l’union et au travail bien fait pour relever les défis de développement qui restent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *