ÉDITO : La razzia de Séba!

6 jours déjà | Écrit par
2 197 vues
2 0

L’orage anticolonialiste déclenché par le jeune et fougueux panafricaniste Kèmi Séba bat son plein avec des ambitions nobles qui rappellent les jours de Thomas Sankara. Ainsi, après ses actes forts contre le franc Cfa qui est toujours utilisé en Afrique francophone malgré l’indépendance octroyée à ses peuples, Kèmi Séba lance la razzia contre d’autres symboles de la colonisation qui continuent de subsister en Afrique.
Alors, pour ce jeune béninois qui se réclame être citoyen africain, il est temps de passer à la décolonisation des rues africaines. Ces rues et ces places publiques des villes africaines qui continuent de porter des noms de colons, sont désormais la cible de cette nouvelle razzia lancée il y a de cela quelques jours.
Une idée révolutionnaire qui mérite l’accompagnement de tous ceux qui sont assoiffés de la restauration de la dignité de la race noire. Puisqu’il est inconcevable qu’il soit marqué au fronton de la maison d’une victime le nom de son bourreau tandis que sa propre identité est peu connue des siens. Cette lutte de Séba doit donc interpeller les autorités africaines. Ainsi, tout comme le réveil observé contre la monnaie coloniale qui met à genou les pays africains, ces symboles doivent disparaître au profit des noms forts des héros qui ont marqué l’histoire de l’Afrique et qui méritent d’être connus de tous.
Par conséquent, puisque cette action ne demande pas l’accord des anciennes métropoles occidentales, la réaction des chefs d’État africains doit être prompte si tant est qu’ils tiennent à reconstruire l’image de cette Afrique froissée et écornée pendant des siècles par la barbarie du blanc.
Cette razzia lancée par Kèmi Séba ne doit donc laisser aucune rue africaine. Elles doivent être toutes mises au propre afin que l’Afrique cesse d’être un quartier de l’Europe. Le combat de Séba est alors celui de toute la jeunesse africaine.

Edouard ADODE

Catégorie :
A la une · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *