ÉDITO : La société civile aux abois !

4 mois ago | Written by
1 443 vues
0 0

 

Les organisations de la société civile béninoise ont perdu depuis l’arrivée du régime de la rupture, leur élan de défense des intérêts de la Nation. Leurs voix sont devenues innodibles et résonnent de moins en moins.
En prélude à la prochaine élection présidentielle de 2021, les idées naissent puis renaissent les vieilles pratiques de menaces déguisées envers le régime.
Tous les superlatifs sont utilisés pour qualifier l’état actuel du pays. Démocratie participative exclusive, liberté d’expression muselée, la presse ballonnée, détention arbitraire de prisonniers politiques etc…..

Or, en dépit de tous ces maux que branlent la société civile, le béninois lambda vit et traverse mieux ce moment. Les signaux sont au rouge vif, clament certains de ladite société civile.
A quelques mois de la présidentielle de 2011, le même scénario semble se répéter. Eux qui ont perdu leur sens premier de dénonciation ont repris du service. Le système de parrainage reste leur dernière trouvaille. Ils dénoncent vigoureusement et vertement cette disposition et supplie à la limite le Chef de l’Etat pour qu’il saute le verrou.
Plusieurs sujets d’intérêt général sont occultés et méritent qu’ils soient traités. Le peuple est assoiffé d’une société civile dynamique et engagée, prête à défendre son intérêt. Ne serait ce ainsi qu’elle assurera son rôle régalien.

 

Spero A. AKOVOGNON

Article Categories:
A la une · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *