INSTALLATION DU NOUVEAU COMITE EXÉCUTIF À LA FBF : Toundé Yébadokpo se prononce

2 ans ago | Written by
1 670 vues
0 0

INSTALLATION DU NOUVEAU COMITE EXÉCUTIF À LA FBF

Toundé Yébadokpo se prononce

Un nouvel horizon s’ouvre dans le monde du football béninois. Le moment tant attendu est enfin là. Le comité exécutif de la Fédération Béninoise de Football de Anjorin Moucharafou cède sa place à Mathurin De Chacus. Toundé Yébadokpo, président du Réal sports de Parakou nous a livré ses impressions. Lisez plutôt.

Wahabou ISSIFOU

Daabaaru : un nouveau vent souffle au niveau du comité exécutif de la Fédération Béninoise du Football. En effet c’est désormais Mathurin De Chacus qui prend les rênes de cette fédération. Dites nous quelle appréciation faites vous après les élections ?

Toundé Yébadokpo : Je dirai que maintenant le Bénin va connaître son essor sur le plan footballistique parce que c’est un événement rêvé de tous nos vœux et c’est arrivé à l’accomplissement à travers l’élection du 25 août dernier. C’est vrai il y avait une seule liste en compétition, c’est une liste qui est issue d’un consensus. Néanmoins il y avait des personnes qui s’opposaient à cette liste. Donc n’eut été ce que nous avons vu n’eut été les résultats des urnes. Aujourd’hui on a compris que la grande majorité des acteurs de football au Bénin veulent vraiment travailler dans le sens de l’unité donc on ne peut que s’en félicité. C’est une nouvelle ère qui démarre pour le football béninois. Les présidents de club ont donné leur confiance à un opérateur économique qui peut être en même temps un des sponsors de la fédération. Parce que vous n’êtes pas sans savoir que le football c’est de l’investissement et de la rentabilité. Mais on ne peut pas rentabiliser sans investir et il y a beaucoup de clubs qui n’ont pas de moyens mais qui ont des visions de développement du football. Il faut les accompagner, c’est pour cette raison que je dis que c’est une nouvelle ère qui s’ouvre et on va prier Dieu et soutenir ce bureau, ce comité exécutif afin qu’il puisse évoluer dans la mise en œuvre de leur programme.

Au départ il y avait deux listes, mais il y a une qui a désistée avant les élections. On a constaté également l’absence de Anjorin Moucharafou qui ne s’est pas présenté pour être président. Paraît-il qu’on l’a forcé la main. Qu’en dites-vous ?

Moi je ne souscris pas à ces allégations qui disent qu’on l’a forcé la main. Le président Moucharafou n’est pas un petit du football c’est un ancien, il connaît la maison Fédération Béninoise de Football. Dire qu’on l’a forcé la main c’est comme s’il était un gain et on l’a fait des injonctions. Non, il a pris de la hauteur. Je peux nous le confirmer parce que c’est quelqu’un avec qui j’ai discuté plus de deux mois concernant les élections de la fédération, je suis impliqué je sais bien de quoi je vous parle. Je connais tout ce qui s’est passé, on ne peut pas lui forcé la main. Mais lui a pris la mesure, il a compris qu’il y a beaucoup d’acteurs du football qui veulent plus de lui. Mais va-t-il s’entêter à aller à une élection? Il s’est retiré au bout de son analyse, il a décidé de se retirer et vous n’êtes pas sans savoir qu’il était à la tête d’un groupe de président de clubs qu’on appelait le Fohote et c’est le Fohote qui allait décider de la candidature de x ou de y. C’est vrai qu’il était le leader du groupe tout le monde le pressentait pour être le candidat mais il faut aussi être à l’écoute de la population pour savoir qu’est-ce que le peuple veux. À un moment donné nous avons compris au niveau du Fohote que c’est vrai, c’est notre leader, mais il ne serait pas accepté du peuple. C’est pour cette raison que nous avons changé de donne et dans les concertations, il a été retenu que le président De Chacus Mathurin soit le candidat du Fohote. Et c’est après que le Fohote a été élargie aux autres groupes parce qu’il avait beaucoup de groupe et c’est de la que je déclare du consensus qui a prévalu la mise en place de cette liste unique qu’on a présenté aux élections du 25 août dernier. Donc je ne dirai pas que les gens ont forcé la main au président mais il y a eu des concertations où on l’a fait connaître la volonté du peuple.

Il a passé douze ans à la tête de cette Fédération. Quel bilan pouvez-vous faire de lui?

Oui douze ans à la tête de cette fédération, je crois que deux mandats en tant que président et un mandat en tant que vice président. C’est vrai si moi j’allais faire un bilan, je le ferai sous deux angles. Sur le plan footballistique qu’on le veille ou non il a eu deux Can une Can des seniors et une Can des juniors, il a pu décrocher certains projets pour le Bénin, il a pu construire le siège de la fédération. C’est sous son mandat que toutes ces choses ont été réalisées. Je pourrais dire que je lui donne une carte blanche pour l’avoir. Maintenant le niveau du jeu au niveau des clubs, les clubs ont été orphelins il n’y a pas eu de sponsor. On n’a pas pu accompagner les clubs. C’est là il n’a pas pu réaliser son rêve. Si les clubs étaient accompagnés s’il y a avait un sponsor réel qui les accompagnait ça allait relever le niveau du jeu parce que beaucoup de clubs n’ont pas les moyens or le football c’est une affaires de moyens. C’est pour cela que j’ai dis que je vais faire son bilan sur deux angles, administrativement ça été bon et aussi il y avait beaucoup de freins. Tous ceux qui étaient dans son comité exécutif ne partageaient pas la même vision que lui. Il y a beaucoup de personnes qui étaient guidées par leurs intérêts égoïstes. Et quand c’est comme ça, vous pouvez avoir la plus grande volonté du monde il aura toujours d’entrave à votre progrès.

Moucharafou a encore la force et la volonté d’exécuter cette mission là. Ne pensez-vous pas qu’il pourra tirer les ficelles dans l’ombre pour cette nouvelle équipe installée?

Je ne vais pas lui prêter d’intention et je n’encourage personne à lui prêter d’intention. Le président Moucharafou est vraiment responsable et il a pesé le pour et le contre avant de se retirer donc je ne pense pas qu’il puisse tirer des ficelles dans l’ombre. Et il a affiché son désir d’accompagner le comité. Qu’on le veille ou non c’est un baobab du football béninois on ne peut pas se passer de lui, c’est un monument. On peut chaque fois aller le voir, prendre conseil parce qu’il maîtrise plus que quiconque au Bénin les rouages de la Caf et de la Fifa. Il maîtrise cela on ne peut pas le jeter dans les tas d’ordures et mieux le comité exécutif qui est là, là déjà compris. Je pense qu’ils vont travailler en symbiose.

Que peut-on espérer de ce comité pour le football béninois ?

Il faut d’abord commencer par applaudir ce comité qui a déjà lancé le championnat pour la fin du mois de septembre. C’est déjà un acquis. Il faut féliciter ce comité qui parle déjà des réformes au niveau des championnats, c’est déjà un acquis. Avant ont étaient limité à 25 licences, d’autres font 20, 30 licences dans l’ombre avec une injustice qui se développait au sein de la Fédération Béninoise de Football. Maintenant c’est ouvert à tout le monde, 30 licences pour tous. Je crois que c’est sur la base de l’équité. Au niveau du corps arbitral il aura des réformes à ce niveau aussi. Les commissions seront mises sur place. C’est déjà une volonté de mieux faire que les gens ont déjà affiché. Donc faut leur faire confiance et les accompagné positivement.
Votre mot de la fin
Le bout du tunnel est pour bientôt j’invite tout le monde à reprendre le travail si non ils seront surpris. Que les joueurs retrouvent le terrain et commencent par travailler.

Réalisation : Wahabou ISSIFOU

Article Categories:
Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


c99
anadolu yakas escort ili escort beylikdz escort esenyurt escort antalya escort avclar escort irinevler escort