DÉCOUVERTE : Kumpan, l’étoile montante de la musique béninoise

2 mois ago | Written by
4 264 vues
5 0

Originaire de Koussoucoingou dans la commune de Boukoumbé, elle fut enseignante durant 8 ans de sa vie et puis comptable pendant 7ans dans un grand complexe à Natitingou. Édith N’Tcha M’po à l’état civil, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est une artiste musicienne. Elle fait de la musique moderne d’inspiration traditionnelle. Elle a pour nom d’artiste Kumpan, oui, Kumpan qui veut dire «Dieu donné» en langue locale Ditammari, parce que pour elle la providence lui a tout donné. « Je l’ai choisi parce que Dieu m’a tout donné, la santé, l’inspiration et l’aboutissement de ses projets », a-t-elle indiqué en précisant que sans Dieu, elle ne peut rien.

Kumpan est tombée amoureuse de la musique grâce à une soeur religieuse, la soeur Madeleine, qui en allant à la chorale, l’amenait toujours avec elle. « C’est là j’ai eu le goût de la chanson », a-t-elle fait savoir. Ainsi, grâce aux connaissances acquises au sein de la chorale, elle sortit en 2006 son tout premier single « Je t’attendrai ». 5 ans après, Kumpan va entrer en studio pour accoucher son premier bébé musical le 30 novembre 2013. Elle dispose aujourd’hui, deux chefs-d’œuvres.

Kumpan

Kumpan tire son inspiration des faits de la société pour faire danser et sensibiliser ses mélomanes. D’ailleurs, sa dernière sortie date du 5 septembre dernier avec le clip « Koutchétè » qui veut dire que « les temps ont changé » et que tous les enfants doivent aller à l’école. Dans cette chanson bien dansante avec une voix mélodieuse, Kumpan a sensibilisé tous ceux qui laissent les enfants à la maison sans les instruire. Pour elle, « l’école est d’une grande utilité », et les enfants doivent s’instruire.

L’étoile montante dispose d’un agenda bien riche pour ses projets futurs. Mais pour l’instant, Kumpan ambitionne après la pandémie de la Covid-19, faire une tournée dans plusieurs villes du pays pour égayer son public. En attendant, allez déguster «koutchétè», et faire le bon choix pour l’avenir des enfants, car un enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne.

Wahabou ISSIFOU

Article Categories:
A la une · Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *