PARAKOU : Le Coteb se vide davantage de ses vestiges

3 mois ago | Written by
3 419 vues
0 0

 

Un réseau de pilleurs des vestiges du Complexe Textile du Bénin (Coteb) de la ville de Parakou sis au quartier Camp-Adagbè dans le premier arrondissement a été arrêté la nuit du lundi 26 octobre 2020. Ces individus malintentionnés ont été interceptés par les riverains dans l’enceinte de cette société avec des tricycles chargés de fers. Informé, le chef quartier Camp-Adagbè Orou Sourou Mama a très tôt effectué le déplacement sur les lieux. Mais avant son arrivée, certains ont pu s’échapper. « Le lundi 26 octobre 2020, aux environs de 20 heures 30 minutes on a arrêté un tricycle chargé de ferrage du Coteb. J’ai été saisi par téléphone qu’il y a deux tricycles qui sont rentrés au Coteb. Effectivement j’étais là, quand le troisième tricycle est venu rentrer. Je suis allé me cacher quelque part. Quand j’ai vu le troisième tricycle, j’ai eu la confirmation, j’ai appelé l’autorité de tutelle qui est mon Ca, pour lui dire est-ce qu’il peut envoyer les éléments de la police au Coteb, il y a telle chose. On en était là lorsqu’un tricycle est sorti avec un chargement plein…on a poursuivi le tricycle, on l’a intercepté au niveau de la Snv…», a relaté le chef quartier au micro des confrères de Fraternité Fm. Le tricycle et le supposé pilleur seront par la suite conduit au commissariat du premier arrondissement de Parakou situé au quartier Tibona. L’élu local déplore ce comportement des citoyens et appelle les autorités à trouver une solution pour la renaissance de cette société. A l’en croire, la viabilisation de cette usine de textile permettra de réduire les cas d’insécurité notés au niveau de cette société.
Selon les informations, des mouvements de tricycles et d’individus s’observent parfois dans cette usine fermée depuis bientôt 4 ans. Et pourtant, des militaires ont été postés sur les lieux pour assurer la sécurité du complexe.

 

Wilfried AGNINNIN

Article Categories:
Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *