290 vues

PORT DE BOUCLES D’OREILLES PAR CERTAINS GARCONS

Une mode qui frise de la voyoucratie au Bénin

Le port de boucles d’oreilles chez la femme est un fait intimement lié aux traditions africaines pour des fins de parure ou pour apporter un plus à la beauté de la gent féminine. Cependant, il est également noté que certains jeunes garçons n’hésitent pas à mettre les boucles d’oreilles pour se faire distinguer dans la société. Ce qui dans la plupart du temps fait naître des préjugés sur la personnalité de ces derniers bien que parfois ce comportement fasse partie de la tradition de certains peuples.

Edouard ADODE

Pour le commun des béninois, les boucles d’oreilles sont uniquement faits pour les filles. Ainsi, quand un homme met une boucle d’oreille immédiatement cela le rend extraordinaire aux yeux des populations qui aussitôt commencent par coller une certaines images à cette personne. Au même moment, chez certains peuples du Nord Bénin notamment chez les Fulfulbé communément connus sous le nom de peulh, hommes comme femmes peuvent porter les boucles d’oreilles, surtout pour les grands jours. Alors, lorsqu’on voit un peulh avec des boucles à l’oreille, cela suscite très peu d’indignation, et produit au contraire l’admiration des autres, a essayé d’expliquer Jean-Paul Ezin Agbèdè socio-anthropologue culturel.

Port de boucles d’oreilles par effet de mode

Aujourd’hui, la tendance est au port de boucles d’oreilles par effet de mode. Ainsi, certains jeunes garçons par emprunt des cultures occidentales se plaisent à porter les boucles aux oreilles. « Moi j’ai commencé par porter de boucle d’oreille parce que j’étais fan d’une star américaine dont j’aimais interpréter les sons au collège. C’est ainsi j’ai voulu lui ressembler en tout. Alors après mon bac, j’ai décidé de l’imiter à 100% », a justifié Boniface Ahyi disque Jockey dans un bar de Parakou. Tout comme lui, bon nombre de jeunes adoptent ce comportement pour ressembler à certaines gloires de la musique urbaine américaine.

Par contre pour d’autres, le port de boucles à l’oreille est une manière de se distinguer et d’influencer les jeunes filles. Comme le témoigne Aboubacar Namewa étudiant, « pour moi, la boucle d’oreille me permet d’avoir un style propre à moi et de paraître élégant aux yeux des filles ». Un état de chose confirmé par certaines filles qui trouvent élégants et très «  classes » les hommes porteurs de boucles d’oreilles.

Cependant, le socio-anthropologuec ulturel justifie ce comportement par la théorie de contracculturation du professeur Raymond Assogba, théorie selon laquelle les peuples dans leur dynamisme culturel peuvent emprunter des autres cultures.

Une pratique à fortes répercussions négatives

« Quand un jeune homme porte des boucles d’oreilles, on le classe rapidement en lui jetant des clichés », a fait savoir le socio-anthropologue. Par conséquent, ces garçons porteurs de boucles d’oreilles sont traités comme des délinquants. Ce qui par la suite crée une réticence des personnes responsables envers ces jeunes. Alors, sur le marché de certains emplois décents, ils ont de la peine à convaincre les employeurs, puisque ce signe sur eux laisse des doutes sur leur moralité. Boniface Ahyi regrette d’avoir plusieurs fois été victime de ces stéréotypes. Raison pour laquelle, certains préfèrent aujourd’hui porter des boucles d’oreilles qui ne nécessitent pas forcément de percer les oreilles pour qu’après qu’ils puissent les enlever sans pour autant garder à vie les marques de ce comportement de la jeunesse.

Alors, il n’est pas interdit de se conformer à la mode de son temps, mais en toute chose, il est capital que la jeunesse puisse songer à l’avenir pour ne pas traîner certaines séquelles à vie.

290 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *