PRODUITS DE LA PHARMACOPÉE : Remèdes ou poisons ?

2 ans ago | Written by
5 360 vues
0 0

PRODUITS DE LA PHARMACOPÉE
Remèdes ou poisons ?

Les produits de la pharmacopée, qui sont reconnus pour leur efficacité dans le traitement de diverses maladies sont devenus aujourd’hui très répandus sur le territoire béninois. Avec cette ampleur, l’on se questionne sur la qualité de ces produits.
Véronique TAKOU

Au Bénin, autrefois reconnus pour leur efficacité, les produits de la pharmacopée faisaient la pluie et le beau temps. Cependant, malgré leur prolifération, beaucoup de doutes demeurent sur leur qualité et leur efficacité. Ainsi, que ce soit ceux locaux ou venus d’ailleurs, la réalité est telle qu’on la voit. La confiance à ces derniers est perdue, les patients ne trouvent plus vraiment satisfaction en faisant recours à leurs sources numéro 1 de guérison qu’est la pharmacopée. Ce qui laisse croire que les nombreux vendeurs de ces produits sont à la quête de mieux-être et non de la guérison des populations comme cela était auparavant. Par contre, certains consommateurs continuent désespérément à s’attacher à ces produits car selon eux, ceux-ci valent mieux que les médicaments industriels. C’est ce qui justifie la position de Gustave N’tcha, un consommateur résidant à Parakou sur la consommation des produits de la pharmacopée. « Je connais les produits de la pharmacopée depuis mon jeune âge, parce qu’au village on ne connaissait pas pharmacie ni hôpital », a-t-il déclaré. « Quand je suis malade j’en prends et je suis guéri. Je ne vais que chez les guérisseurs dont je connais la maison. Je ne prends pas chez les vendeurs ambulants », continue t-il. Pour Pierrette Akpaki croisée devant un kiosque de vente des produits de la pharmacopée qui luttent contre les maladies du foie, elle témoigne de l’efficacité à l’instar de Gustave. C’est-à-dire qu’elle est abonnée à ces produits et elle a été plusieurs fois guérie grâce à eux. « J’ai été sauvée par la pharmacopée. Peu s’en fallait pour moi mais grâce à Dieu vous me voyez. C’est mon lieu d’approvisionnement ici et ça marche pour moi », a-t-elle confié par la suite. Néanmoins, ce témoignage n’est pas accepté de tous.
« Moi je ne fais pas confiance à ces produits car je n’ai jamais été satisfait de leur utilisation malgré le fait que j’ai beaucoup entendu parler de ça. Si je ne me sens pas bien je vais à l’hôpital pour les soins », affirme Toussaint Moupkari, habitant de Parakou. Pour lui, tous ceux qui vendent ne sont pas dignes de confiance. « Le manque d’emploi fait que tout le monde se cherche et moi je ne me fie pas à ce qu’ils vendent. Ce n’est pas toujours vrai », ajoute Toussaint. Aussi, selon un vendeur de ces produits rencontré dans le marché Tchakatibam, « ça déçoit de sortir du matin au soir sans trop vendre ses produits à causes de leur vaste étendue sur le terrain », a-t-il dit. « Les clients se méfient des vendeurs d’aujourd’hui à cause des faux qui sont courants », a-t-il laissé entendre.

La prolifération des produits de la pharmacopée est venue mettre du doute au sein des populations sur la qualité de tout ce qui se vend. L’on ne sait plus si le choix qu’il fera sera meilleur ou pas. Cependant, il revient à la population de prendre des dispositions en cherchant vraiment les vrais guérisseurs et la qualité de leur prestation. Les vendeurs d’illusions quant-à eux doivent être démasqués afin que les populations se fassent soigner quand besoin sera. Et il revient aussi aux autorités de poser un œil dans ce secteur pour que les patients qui y vont n’aient pas à jeter leur argent par la fenêtre à la quête de la santé mais qu’ils recouvrent celle-ci.

Article Categories:
Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


c99
anadolu yakas escort ili escort beylikdz escort esenyurt escort antalya escort avclar escort irinevler escort