80 vues

PROJET ‘’UN ENFANT UN ACTE DE NAISSANCE A PARAKOU’’

Charles Toko assure l’avenir de milliers d’enfants

. Près de 18 000 actes de naissance délivrés en 2019

L’un des premiers chantiers que le maire Charles Toko a entrepris dès son arrivée à la tête de la municipalité de Parakou, est le projet ‘’Un enfant, un acte de naissance’’. Trois ans après sa mise en œuvre, des milliers d’enfants nés dans la cité des Koburu jouissent de tous les droits de citoyen sans aucune crainte. Ainsi, Parakou est devenue du coup un laboratoire en matière d’état civil au Bénin.

Samira ZAKARI

Quelques années en arrière, la déclaration des naissances aux services d’état civil n’était pas dans l’habitude du commun des parents de Parakou. Chaque jour des enfants naissent sans jamais être déclarés aux services d’état civil de la mairie. Une situation qui pendant longtemps a eu pour corolaire le blocage du cursus scolaire de ces enfants surtout lors des examens nationaux pour défaut d’acte de naissance.

Ainsi, le maire Charles Toko a son arrivée à la tête de la troisième ville à statut particulier du Bénin, s’est donné pour mission de relever le secteur de l’état civil presque à terre avec le projet ” un enfant, un acte de naissance ”. Cet homme de vision a très tôt mis en place des stratégies bien nourries pour l’atteinte de ses objectifs dans ce secteur très capital. Déjà, l’on pouvait noter des séances de travail du maire Charles Toko avec les élus locaux, sages et leaders religieux de la ville pour une implication de tous les acteurs. Le service de l’état civil de la mairie quant à lui, a connu une parfaite réorganisation avec plus de suivi et de rigueur. Au cours d’un entretien avec les confrères de la radio Fraternité, la cheffe service état civil de la mairie de Parakou Maryse Agoua a fait savoir que pour la mise en exécution du projet ‘’un enfant, un acte de naissance’’, un suivi de proximité autour de la femme enceinte a été fait avec l’implication des chefs quartiers et les leaders religieux. « Nul n’ignore que la population parakoise est à majorité musulmane. Afin donc d’amener les populations à se conformer à cette exigence de déclaration des naissances, le maire a pris la résolution d’interdire tout baptême d’enfant sans remplir cette condition et sans présentation du volet numéro 1 de l’enfant », a fait savoir Maryse Agoua. Ce qui a, donc, permis selon elle, l’affluence des parents des nouveau-nés dans leurs locaux pour la déclaration des naissances au cours de cette période jusqu’à ce jour. Toutes ces actions ont bien eu d’impacts sur les communautés avec un changement de comportement et sans risque de se tromper a permis l’atteinte des objectifs du projet ” un enfant, un acte de naissance ”. Comme résultat en 2019, on dénombre au total « 17 400 naissances dans l’ensemble des trois arrondissements de Parakou », a signalé la cheffe service état civil de la mairie de Parakou.

Ce dynamisme de la première autorité de la cité des Koburu et son innovation dans le domaine de l’état civil lui ont valu des félicitations de la part des acteurs à divers niveaux. Ainsi, il sert aujourd’hui d’exemple dans d’autres communes. Selon Maryse Agoua, Parakou était au cœur d’un atelier d’échange organisé par la Coopération Allemande Giz avec l’appui de la direction général de l’état civil le 5 novembre 2019 dans 15 communes du Bénin. « Un atelier du genre dans notre commune grâce à notre projet ‘’un enfant un acte de naissance’’ à Parakou que nous avons eu à présenter ensemble avec les résultats obtenus après sa mise en exécution. Ainsi l’occasion a été donnée aux acteurs communaux notamment les maires et les chefs services d’état civil au cours de l’atelier d’apprendre entre pairs et de comparer les pratiques. Et de toutes les expériences, celle de Parakou a été requise par 11 communes sur 14 présentes », a-t-elle expliqué. Elle ajoute que cette initiative ” Un enfant un acte de naissance dans la ville de Parakou ” a été beaucoup salué par les partenaires à la fin de l’atelier d’échange.

En terme de perspectives dans le service de l’état civil sous le leadership du maire Toko, il est prévu pour 2020 selon la cheffe service état civil de la mairie de Parakou, la poursuite du projet et la budgétisation d’une ligne pour le projet en vue du financement de tous les acteurs notamment les centres de santé, l’informatisation complète du service de l’état civil, le recrutement et la formation des agents de terrain, la mise en service des centres secondaires de l’état civil qui est une initiative de l’Etat central, un émolument pour les agents chargés de l’animation de ces centres secondaires et pour finir l’organisation des journées débats sur le projet pour s’enquérir du niveau de satisfaction des populations par rapport à la mise en œuvre de ce projet.

En somme, vu les résultats positifs de ce projet, il est important de dire que Charles Toko a réalisé le rêve de plusieurs apprenants qui désormais pourront jouir de tous les autres droits en tant que citoyens à part entière.

80 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *