154 vues

PROMOTION DE LA CONTRACEPTION A PARAKOU ET N’DALI,

Roajelf et Abpf promeuvent le dialogue entre leaders communautaires

Le vendredi 22 et le samedi 23 juin dernier, le Réseau Ouest Africain des Jeunes Femmes Leaders (Roajelf) Bénin a organisé en collaboration avec l’Association Béninoise pour la Promotion de la Famille (Abpf) des séances de dialogues communautaires à Parakou et à N’Dali afin de susciter l’engagement des leaders communautaires dans la promotion de la contraception. Ces séances de dialogue ont regroupé au centre Guy Riobé de Parakou et à la sa salle des réunions de la mairie de N’Dali des jeunes, vieux, leaders religieux et certaines autorités locales de ces deux communes autour de la thématique.

Edouard ADODE

1 122 cas de grossesses enrégistrés provisoirement au cours l’année scolaire 2018-2019 en milieu scolaire. Quand bien même ce chiffre est en baisse par rapport à ceux des années passées, le Réseau Ouest Africain des femmes Leaders (Roajelf) Bénin trouve assez grave cet état de chose et se met déjà en lutte pour corriger la situation dans les jours à venir. C’est dans ce cadre qu’il a initié avec l’appui de l’Agence Béninoise pour la Promotion de la Famille (Abpf) des séances de causeries avec les leaders communautaires de Parakou le vendredi 21 juin et ceux de N’Dali le samedi 22 juin.
Au cours de ces différentes séances qui ont regroupé jeunes gens, vieux, leaders religieux, élus locaux et des professionnels des questions de santé de ces deux villes, les participants ont discuté à bâton rompu sur la promotion des méthodes de contraception afin de permettre aux jeunes filles d’être à l’abri des grossesses précoces et non désirées. Pour Irmine Fleury Ayihounton secrétaire générale de Roajelf Bénin, « il faut éduquer la jeune fille certes, mais il est également nécessaire qu’elle adopte une méthode de contraception afin d’être en mesure de vivre son rêve ».
Après des heures d’échanges, les participants ont davantage compris la nécessité de rendre accessible la contraception aux filles. Ce qui n’est nullement synonyme d’autorisation ou d’encouragement à la débauche. Yarou Djibril Séïdou parent d’élève à N’Dali se dit très satisfait de cette séance mais a déploré le fait que les jeunes filles soient moins représentées dans la salle. Cependant, tout comme les autres parents présents, il a pris l’engagement de propager la bonne nouvelle dans son milieu pour plus d’impact.
Ces deux séances ont également permis aux participants de voir comment surmonter les facteurs socioreligieux qui entravent la promotion de la contraception par les filles dans les deux villes. Ainsi, les membres de Roajelf sont repartis avec des recommandations des participants pour une réelle promotion de la contraception au Bénin.

154 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *