RENTREE UNIVERSITAIRE 2018-2019 : Marie Odile Atanasso a donné le top à Parakou

2 ans déjà | Écrit par
1 315 vues
0 0

RENTREE UNIVERSITAIRE 2018-2019

Marie Odile Atanasso a donné le top à Parakou

Le vendredi 2 novembre dernier, l’amphi 1000 de l’université de Parakou a servi de cadre à la cérémonie de lancement solennel des activités académiques universitaires pour le compte de l’année universitaire 2018-2019 au Bénin. Pour une deuxième fois, La Ministre de L’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (Mesrs) Marie Odile Atanasso vient sacrifier à cette jeune tradition qui est à sa deuxième édition. Après l’Université d’Abomey Calavi (Uac) l’an dernier, c’est le tour de Parakou d’abriter la cérémonie qui consacre le démarrage officiel de l’année universitaire. Devant un parterre de sommités des universités du Bénin, la ministre a donné le top. C’était en présence du préfet du Borgou Djibril Mama Cissé, les promoteurs d’établissements privés d’enseignement supérieur, des têtes couronnées de Parakou et des étudiants venus massivement pour l’occasion.

Edouard ADODE

Enseignement supérieur : levier de développement économique. C’est autour de ce thème que s’est déroulée la cérémonie du lancement officiel de la rentrée académique 2018-2019. Pour cette année, c’est la deuxième plus grande université publique du Bénin qui a été choisie pour abriter l’événement. Cette cérémonie de lancement a réuni tous les acteurs de l’enseignement supérieur que ce soit du privé comme du publique. A l’ouverture de cette cérémonie solennelle, le professeur Prosper Gandaho, recteur de l’Université de Parakou (Up) à qui est échu l’honneur cette année, a salué l’initiative avant de souhaiter la bienvenue à tous ceux qui ont effectué le déplacement pour l’Up. A sa suite le préfet du département du Borgou Djibril Mama Cissé a rappelé le rôle primordial que joue l’université dans le développement d’une nation. En en faisant siens les propos du célèbre auteur Mote, le préfet Cissé estime que, « la recherche universitaire fait tourner l’économie de la connaissance, tout comme l’électricité a fait tourner l’économie industrielle ». Ainsi, il a félicité tous les acteurs du monde université du Bénin pour les efforts des uns et des autres pour l’épanouissement de la jeunesse estudiantine. Il a tenu rappelé aux étudiants à ne pas mêler les études à la politique. Le préfet Cissé a par ailleurs reconnu la justesse des reformes en cours dans ce secteur au Bénin.
En prenant la parole, le porte-parole des Etablissements Privés d’Enseignement Supérieur, Théophile Codjo Sonou, le représentant des étudiants Gilles Gnimassou et le représentant du corps enseignant docteur Aboubacar Kissira, qui ont chacun, à tour de rôle, adressé à la ministre des doléances selon les difficultés des uns et des autres. Ainsi, place a été faite la leçon inaugurale brillamment présentée par le professeur Barthélémy Biaou sur le thème de cette année.
La ministre Marie-Odile Atanasso en prenant la parole a rappelé que l’enseignement supérieur est unique que ce soit dans le privé ou le public. Elle a également annoncé diverses reformes envisagées concernant surtout le traitement des enseignants-chercheurs au Bénin. Elle a d’ailleurs plaidé pour une rationalisation des ressources des universités publiques pour plus d’efficacité dans la formation selon les besoins du marché de l’emploi. « Si nous voulons que l’enseignement supérieur stimule l’économie nationale, il va falloir commencer nous-mêmes à mieux gérer les moyens mis à notre disposition en mettant en place des filières de formation utiles et rentables », a-t-elle laissé entendre. Elle a réaffirmé la disponibilité de son cabinet à répondre aux sollicitations des uns et des autres pour le bon déroulement des activités académiques dans toutes les universités du Bénin pour l’année académique 2018-2019 qui a déjà d’ailleurs commencé depuis le 15 octobre dernier.

Catégorie :
Actualité · Éducation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *