RÉSIDENCE LITTERAIRE A PARAKOU : Des écrivaines en devenir formées par Qari Editions

3 semaines déjà | Écrit par
663 vues
0 0

 

Le Conseil des Activités Educatives du Bénin (Caeb) de Parakou sert de cadre depuis le lundi 31 août dernier à une séance de formation à l’endroit de huit jeunes filles férues de la littérature. Cette formation initiée par Dénis Biaou Olou, président de la maison d’éditions Qari a pour objectif, selon le directeur général de la maison d’Editions Mathias Ylonfoun de former des jeunes femmes, de relever leur niveau d’écriture et leur donner plus de compétences. Les autres objectifs, selon lui, c’est d’avoir des écrivaines Maison et de corriger deux projets d’ouvrages de ces écrivaines en devenir. « L’autre objectif est de faire en sorte que le Nord Bénin soit envahi d’écrivaines », a-t-il indiqué en estimant qu’il y a encore des pesanteurs sociologiques, économiques et religieuses qui empêchent les jeunes filles du Nord de s’exprimer.

D’ailleurs, l’initiative est partie d’un constat selon lequel, « aujourd’hui très peu de femmes écrivent… ». Et le Bénin ne s’inscrit pas encore dans cette danse pour promouvoir l’écriture féminine. Car selon Mathias Ylonfoun, « lorsqu’on observe très bien, il y a une certaine démotivation de la part des jeunes talents, des jeunes femmes pour des raisons sociologiques, religieuses, pour des raisons liées aussi au fait qu’aujourd’hui, l’écriture ne nourrit pas son homme. ». A cet effet Qari Editions se veut dans le rôle de faire en sorte que chacun puisse profiter pleinement de son talent et que l’écriture nourrisse son homme. Il pense d’ailleurs que des écrivains hommes ont été déjà suffisamment lus et qu’il est temps que la femme donne son opinion.

Il faut noter que cette formation qui va durer six jours est assurée par le formateur Mariano Jodille Hounton. Il les a outillées sur les tendances actuelles, les tendances idéologiques, les attentes sociologiques et culturelles par rapport à l’activité d’écriture au Xxiè siècle. Il s’agit pour lui également de leur faire toucher du doigt, la compréhension que l’on doit avoir de l’écriture féminine et féministe dans le contexte de la dépravation des mœurs. Elles ont également, selon le formateur, reçu les outils nécessaires sur les différents genres littéraires notamment le roman et la Nouvelle. Elles ont appris davantage comment tenir leur récit, comment construire une intrigue, comment tenir l’énonciation dans l’intrigue, comment choisir des personnages qui captivent et qui disent réellement le profil social, spirituel et intellectuel de la femme. Mariano Jodille Hounton s’est dit satisfait, 72 heures après, de ce que le message passe comme cela se doit.

Une satisfaction que partagent aussi Sandra Soglo et Gisèle Kpadonou, deux participantes qui sont sidérées par la qualité des notions reçues. Elles ont exprimé leur gratitude à l’endroit de Qari Editions tout en promettant mettre en pratique les connaissances reçues. Elles ont également émis le vœu de voir cette formation se rééditer afin de permettre aux jeunes filles amoureuses de l’écriture d’éclore leur talent.

C’est également le souhait de Didier Voitan, responsable du centre Caeb qui pense que cette initiative vient à point nommé.
Il faut noter, pour finir, que tout ce que ces écrivaines en devenir, vont écrire à l’issue de cette formation, d’après Mathias Ylonfoun, sera forcément édité par la Maison sans une participation financière de leur part.

Wahabou ISSIFOU

Catégorie :
Actualité · Littérature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

istanbul escort
bornova escort
php shell