345 vues

RETRAIT DE L’ACCRÉDITATION A L’AMBASSADEUR DE L’UE PRÈS LE BÉNIN

Talon honore Thomas Sankara dans sa tombe

. La souveraineté et la dignité de l’État béninois préservées

Jamais dans l’histoire diplomatique du Bénin un ambassadeur n’a été déclaré persona non gratta par le Bénin. Mais depuis quelques jours, le Bénin de Patrice Talon l’a fait avec un ambassadeur, et pas le moindre, celui qui représentait l’Union Européenne (Ue) au Bénin.

Cet acte qui a suscité des craintes dans le rang des populations béninoises à l’externe comme à l’interne surtout avec la convocation des ambassadeurs du Bénin dans quatre pays européens, est un acte à saluer même si pour le moment les vraies raisons qui sous tendent ce geste diplomatique hautement souverain, ne sont pas connues de tous. Puisque par cet acte, le Bénin vient démontrer à la face du monde qu’il reste un Etat souverain capable de traiter avec tout autre sur le même pied d’égalité.
Certes, l’Union Européenne est un partenaire technique et financier de taille pour le Bénin, mais cela ne devrait en aucun cas servir de prétexte à son représentant d’aller au-delà des limites diplomatiques qui lui sont fixées par les accords entre les deux entités. Dans ce cas, le Bénin est bien en droit de lui retirer son accréditation, ce qui n’est nullement la fin des relations entre le Bénin et l’Union Européenne. Comme le stipule un adage populaire, « l’étranger n’ordonne pas comme le propriétaire », certainement Olivier Nette avait oublié qu’il ne pourra pas agir au-delà des prérogatives d’un simple ambassadeur, même s’il est animé d’un complexe de supériorité du fait qu’il soit un blanc au milieu des noirs que l’Europe avait longtemps considérés comme des sous hommes.
Une fois encore Patrice Talon a démontré qu’il incarne vraiment l’autorité de l’État. Ce qui confirme son courage à œuvrer pour la dignité de sa Nation. Car on peut être pauvre et digne de respect.

Ainsi, après la réclamation des patrimoines culturels spoliés au Bénin par la France et celle des réserves d’échange de l’Afrique en France, Patrice Talon vient d’afficher une fois encore une audace d’un panafricaniste bon teint de la trempe de Thomas Sankara, Kwame N’krumah et de Muhammad Kadhafi.

Edouard ADODE

345 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *