439 vues

SANTE

Le Dr Rachidi Sidi explique tout sur les pertes blanches

L’un des problèmes de santé récurrent et très souvent soulevé par les femmes chez les médecins est la perte vaginale. Considérée au départ comme un phénomène naturel chez la femme, elle se complique et devient une affection en présence de certains facteurs de risques. Ainsi, pour en savoir plus sur les pertes blanches, le Docteur Rachidi Imorou Sidi gynécologue en service au Chd Borgou donne plus de précision à travers une interview exclusive. Lisez plutôt.

Daabaaru : Qu’est ce qu’une perte blanche ?

Docteur Rachidi Imorou Sidi : Les pertes blanches encore appelées leucorrhées sont des pertes non sanglantes provenant de l’appareil génital féminin, extériorisées par le vagin. La perte blanche est le motif fréquent de consultation en gynécologie et toujours pose le problème d’une Mst sous jacente.

Quelles sont les causes des pertes blanches ?

Tout d’abord, il est important de savoir qu’il existe des leucorrhées physiologiques provenant de la desquamation vaginale qui n’engendrent aucune irritation et ne sentent pas mauvais. Il ne faut pas les traiter. Cependant, les pertes blanches anormales qui font très souvent objet de consultation sont dues à la perturbation de la flore vaginale (bacille de doderlein) ou surviennent en cas d’atteinte de l’utérus des trompes et des ovaires. Le médecin doit alors examiner pour voir la nature de l’atteinte et la partie de l’appareil génital atteinte.

Il peut s’agir d’infections vaginales dites basses, limitées au vagin dont les germes en cause sont souvent (trichomonas, mycoses, gardenerella vaginalis, gonocoque, mycoplasme, chlamydia, germes banales). Infections du haut appareil génital à savoir l’utérus (endométrite) et les trompes (salpingite). Le cancer du col, de l’endomètre, des trompes.

Qui peut être atteint de perte blanche ?

De la petite fille à la femme ménopausée en passant par la femme en activité génitale toutes peuvent être atteinte des pertes blanches. Chez la petite fille, il est important de rechercher un corps étranger, une parasitose, et chez la femme ménopausée toujours rechercher un cancer

Comment se manifeste donc les pertes blanches ?

Les pertes qui étaient physiologiques changent de couleur, deviennent abondantes, d’odeurs fortes parfois et s’accompagnent de signes tels que prurit, brûlures au niveau vaginal, parfois des douleurs au bas du ventre, et même la fièvre.

Quelles sont les conséquences des pertes blanches anormales ?

Les pertes vaginales peuvent parfois révéler une affection grave telle que le cancer. C’est pourquoi si elles persistent la femme doit voir le médecin qui fera la part des choses et mettre un traitement approprié. Parfois c’est une Mst qu’il faut absolument traiter, afin d’éviter les complications et les séquelles dont la stérilité par obstruction des trompes.

Comment traiter alors les pertes vaginales ?

Il est toujours préférable de voir un médecin qui posera un diagnostic précis et qui mettra un traitement approprié. Il ne faudrait pas aussi oublier le traitement du ou des partenaires en cas de Mst.

Votre mot de la fin ?

En conclusion, il existe des pertes vaginales physiologiques qui sont normales. En cas de pertes anormales voir un médecin qui fera la part des choses, et toujours penser aux Mst. En cas de récidives penser aux facteurs favorisants (hygiène féminine défectueuse, grossesse, contraception,…..). Chez la petite fille ne pas oublier la possibilité de corps étranger, et chez la femme ménopausée toujours rechercher un cancer.

Propos recueillis et transcrits par Samira ZAKARI

439 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *