328 vues

SEXE AVANT LE MARIAGE

Quand la modernisation fait disparaitre les bonnes mœurs

Vivre les relations sexuelles avant le mariage est un sujet très sensible qui fait objet de controverse dans la société africaine actuelle. Pour se conformer à la tendance actuelle il faut forcément passer par le sexe pour prouver son amour à son partenaire. Mais les religions sont carrément contraires à cette réalité. Elles veulent que les partenaires observent une abstinence sexuelle avant le mariage. Face à tous ceci, les jeunes se retrouvent face à un dilemme, aller ou ne pas aller au sexe avant le mariage?

Samiratou ZAKARI (Stg)

Aller au sexe avec son partenaire dans une relation amoureuse est la meilleure manière de prouver son amour dans les sociétés africaines aujourd’hui. C’est la mentalité de nombre de jeunes quand on se réfère à la tendance actuelle. Ils n’arrivent plus à faire la distinction entre l’amour et le désir. Ils se donnent au sexe non pas par amour, mais par simple désir. La jeunesse a perdu toutes les valeurs et les vêtus inculquées par les parents. Le sexe est devenu un instrument de dépravation. Le sexe autrefois réservé pour l’après mariage est considéré maintenant comme la première étape à franchir dans une relation amoureuse. Le constat est que les jeunes, déjà à la puberté en savent assez sur les relations amoureuses et sont sexuellement très actifs. Le sexe autrefois considéré comme un tabou est maintenant avec la modernisation objet de discussion dans tous les coins de rues. La plupart des jeunes qui entament une relation s’attendent que leur partenaire témoigne son amour à travers les relations sexuelles avant le mariage.

Rare sont les hommes qui arrivent à supporter trois mois sans aller au sexe. C’est le cas de Raziz S. qui pense que avec le monde d’aujourd’hui une vie amoureuse sans sexe est difficile voire impossible. « Tu ne peux pas prétendre aimer et refuser une vie sexuelle à ton partenaire. Je serai obligé d’aller voir ailleurs car le sexe renforce l’amour», a-t-il martelé. Issa O. abonde dans le même sens que lui en précisant que, « la durée d’une relation amoureuse aujourd’hui passe par la manière dont les partenaires sont actifs sexuellement. Et qu’on le veuille ou non cela renforce les liens d’amour ».

Mais les filles sont les principales victimes. Dieu étant le seul détenteur du destin des humains, les filles se lancent ainsi d’une relation à une autre relation à la recherche de l’âme-sœur avec qui passer le soir de leur vie après des déceptions. A chaque relation, elles se voient dans l’obligation d’offrir le sexe à leur conjoint par amour et pour ne pas se voir abandonner par leur homme. « Je suis dans ma troisième relation amoureuse après deux déceptions. J’ai toujours mené une vie sexuelle avec mes ex. J’étais réticente au début mais j’ai finalement cédé puisqu’ils me disaient qu’ils ne peuvent pas continuer ainsi sans le sexe. Malgré ce sacrifice ça n’a pas marché entre nous », a confié tristement Nadine T.

Le point de vue de la jeunesse sur la question de relation sexuelle avant le mariage n’est pas partagé par tous dans la société. Pour le sociologue Tchamtipo Saï Sotima, c’est bien possible de s’abstenir du sexe jusqu’au mariage. Il ajoute que tout est question d’éducation, de perception de la vie, de l’environnement social.

Plusieurs raisons expliquent la mentalité des jeunes qui pensent que le sexe est un jouet qu’il faut utiliser à sa guise.

Pour le sociologue Tchamtipo Saï Sotima, le copiage des comportements de l’occident, le développement de la technologie avec l’arrivée des masses médias, des smartphones favorisent cette débauche sexuelle de la jeunesse. « Les jeunes s’informent sur le sexe à travers les réseaux sociaux et la télévision qui les incitent à être actif sur le plan sexuel », va-t-il poursuivre.

Mais le sexe avant le mariage est un sujet qui fait objet de controverse entre la religion et le mode de vie actuel.

Objet de controverse

Si la société impose que l’homme connaisse sa partenaire sur le plan sexuel depuis le copinage, la religion quant à elle interdit formellement cet état de chose. Le comportement des hommes vis-à-vis du sexe va à l’encontre de la volonté de Dieu. Pour la religion chrétienne comme les autres religions, nul n’a le droit d’aller au sexe avant le mariage. « Les Saintes Ecritures sont claires sur les questions liées au sexe. Le sexe est un organe dont Dieu a doté chaque homme et qui sert normalement à la procréation et permet aux couples de pouvoir jouir de la vie à deux après le mariage », a expliqué Mathieu Dègbégnon, pasteur assistant de l’église assemblée de Dieu temple Maranatha à Parakou. Il ajoute que Dieu à travers les saintes écritures interdit aux humains d’avoir une vie sexuelle active hors mariage, si non cela est considéré comme un péché. Pierre Djossou, fidèle de l’église catholique à Parakou partage l’avis du pasteur et confie, « j’ai rencontré mon épouse, il y a deux ans à l’église. Etant tous deux chrétiens, on a décidé observer une abstinence sexuelle jusqu’à notre mariage. On s’aimait et on a pu traverser cette étape avec brillance et aujourd’hui on est heureux dans notre foyer ».

Les impacts d’une vie sexuelle avant le mariage

Ce phénomène même s’il rime avec la tendance actuelle n’est pas sans conséquence dans la vie de ceux qui se donnent à cela. « Il est d’ailleurs la cause des maladies sexuellement transmissibles et peut être aussi à l’origine de la possession démoniaque de certaines personnes du fait de tenir des rapports sexuels avec les personnes possédées par des esprits », a indiqué l’homme de Dieu. Entre société et religions, les jeunes se retrouvent aujourd’hui dans un difficile choix.

Face à cette situation il urge que la jeunesse retourne aux sources en conservant les valeurs et la pudeur reconnues à l’Afrique. S’abstenir du sexe avant le mariage n’est pas chose impossible car le sexe n’est pas un jouet qu’il faut utiliser pour se distraire.

328 vues

Une réflexion sur “SEXE AVANT LE MARIAGE : Quand la modernisation fait disparaitre les bonnes mœurs”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *